Accueil > Actualités > Réforme de l‘État et de son organisation : toujours sans les agents (...)

Réforme de l‘État et de son organisation : toujours sans les agents !

Facebook Twitter LinkedIn
mercredi 22 mai 2019

Deux projets de circulaire qui devraient être signées par le Premier Ministre circulent dans toutes les administrations. Elles doivent permettre d’organiser la réforme de l’État et de ses services, dans le prolongement des circulaires du 24 juillet 2018 et des travaux Action publique 2022.

Au-delà du fait que chacun peut s’interroger sur cette fuite, l’UNSA Fonction Publique s’étonne à la fois sur le fond et sur la méthode.

Révolutionner l’État à marche forcée sans jamais n’avoir vrai­ment voulu de débat natio­nal ni au CCFP, ni à l’Assemblée natio­nale sur les mis­sions de ser­vice public et les moyens pour les assu­rer, c’est une nou­velle gageure. Le grand débat a montré, au contraire, l’atta­che­ment des fran­çais aux ser­vi­ces publics et a mis en avant leur demande de proxi­mité. En dehors des annon­ces sur les « Maisons France Services », le sujet a été esca­moté, lors de l’inter­ven­tion du Président de la République, malgré de fortes atten­tes.

Sur le fond, déconcen­trer l’État, trans­for­mer les admi­nis­tra­tions cen­tra­les et réor­ga­ni­ser les ser­vi­ces de l’État dans les dépar­te­ments autour des seuls Préfets, c’est pren­dre le risque de réduire l’ambi­tion des poli­ti­ques publi­ques por­tées par l’État, aban­don­ner les pro­jets spé­ci­fi­ques et moteurs de la cohé­sion des ter­ri­toi­res et perdre à terme des com­pé­ten­ces.

L’UNSA a tou­jours reven­di­qué que les agents publics soient asso­ciés aux chan­ge­ments. Une nou­velle fois, le cons­tat est impi­toya­ble. Ce sont les agents qui vont porter, mais aussi vivre et par­fois subir ces trans­for­ma­tions, ces délo­ca­li­sa­tions ou ces déconcen­tra­tions sans que jamais ni eux, ni leurs repré­sen­tants n’aient été consul­tés ou asso­ciés.

L’UNSA Fonction Publique estime qu’il est encore temps d’ouvrir le dia­lo­gue. Elle rap­pelle qu’elle s’est expri­mée dans le cadre des DDI, pour refu­ser une réforme orga­ni­sée sans les agents dans le secret des cabi­nets minis­té­riels.

L’UNSA, réso­lu­ment atta­chée au dia­lo­gue social, attend des actes concrets fondés sur un dia­lo­gue social réel, res­pec­tueux, trans­pa­rent et cons­truc­tif. Il est encore temps !

Les deux pro­jets de cir­cu­laire :