Accueil > Actualités > Quand les données statistiques donnent raison à l’argumentation de (...)

Quand les données statistiques donnent raison à l’argumentation de l’UNSA

Facebook Twitter LinkedIn
samedi 14 novembre 2020

Le rapport annuel de la fonction publique 2020 porte sur des données de 2018. Lors du CCFP, l’UNSA Fonction Publique s’est emparée de deux sujets qui illustrent ses désaccords avec l’état employeur depuis le début du quinquennat : le jour de carence et la baisse du pouvoir d’achat en 2018.
L’UNSA demande l’abrogation du jour de carence et une négociation salariale portant sur 2020, 2021 et 2022

Le jour de carence doit être sup­primé !

En 2018, les sta­tis­ti­ciens ont pu mesu­rer de nou­veau les effets de la réin­tro­duc­tion du jour de carence mis en œuvre à partir du pre­mier jan­vier 2018.

Le rap­port annuel "confirme l’étude pré­cé­dente pour les années 2012 et 2013. On cons­tate une dimi­nu­tion des absen­ces cour­tes (moins de 4 jours) et une aug­men­ta­tion cor­ré­la­tive des absen­ces lon­gues (une semaine à trois mois) entre 2018 et 2019."

  • On voit ici les conséquences sur la santé des agents mais aussi sur celle des usagers. C’est l’une des raisons qui a conduit l’UNSA Fonction Publique à demander de nouveau l’abrogation du jour de carence avant la fin du quinquennat.
  • L’UNSA inscrite à nouveau sur la mesure immédiate qui devrait être déjà prise par rapport à la pandémie actuelle.

La rému­né­ra­tion, un atout pour l’attrac­ti­vité de la Fonction Publique

En 2018, la baisse du salaire net moyen dans les trois ver­sants est réelle. Pourquoi ?

"Compte tenu de l’infla­tion, le salaire net moyen baisse de 1,0 % en euros cons­tants en 2018 : ce repli est en partie dû à la reprise de l’infla­tion (+1,8 %), et au report de l’appli­ca­tion du pro­to­cole PPCR"

  • La suspension d’une année du protocole PPCR était contraire aux principes définis, même si finalement il aura été appliqué avec un an de retard. On mesure ici les conséquences sur le pouvoir d’achat des agents. Conjuguée avec le gel de la valeur du point d’indice, cette décision a affaibli les effets du protocole PPCR.
  • Le système de grilles indiciaires ne se conçoit que si le point d’indice évolue à minima comme l’inflation… dans le cas contraire, en quelques années l’inflation efface les effets des nouvelles grilles.

L’UNSA Fonction publi­que pro­pose, malgré la crise sani­taire, que le gou­ver­ne­ment ouvre un nou­veau champ de négo­cia­tion sur la rému­né­ra­tion de tous les agents qu’ils soient fonc­tion­nai­res ou contrac­tuels.

L’enga­ge­ment des agents doit être reconnu par les employeurs publics et par la société fran­çaise. Or, l’infla­tion depuis le début du quin­quen­nat avoi­sine les 4% et le gel de la valeur du point d’indice est main­tenu depuis le début du mandat pré­si­den­tiel. Les jeunes hési­tent à débu­ter avec des salai­res infé­rieurs à ceux du privé en début de car­rière.

Tous les éléments sont réunis pour jus­ti­fier une négo­cia­tion sala­riale qui s’appuie­rait sur les trois années 2020,21 et 22.


Voir en ligne : Consulter le rapport annuel 2020 de la Fonction Publique