Accueil > Actualités > Penser au mois de janvier avec la poursuite du travail distanciel

Penser au mois de janvier avec la poursuite du travail distanciel

Facebook Twitter LinkedIn - https://www.unsa-fp.org/1520
vendredi 20 novembre 2020 - ◷ 3 min

Lors du point hebdomadaire entre la ministre de la Fonction Publique et les organisations syndicales de la fonction publique, Amélie de Montchalin a évoqué la nécessité de se projeter vers le mois de janvier avec une poursuite du télétravail et/ou du travail à distance. L’UNSA Fonction Publique est favorable aux réflexions qui permettront de préparer la rentrée de janvier 2021 dans les meilleures conditions possibles et avec anticipation.

L’UNSA Fonction publi­que a rap­pelé sa demande d’une meilleure simul­ta­néité des annon­ces faites pour les agents de la fonc­tion publi­que d’état, ter­ri­to­riale et hos­pi­ta­lière. Ainsi, alors que la cir­cu­laire de la Ministre pour les agents vul­né­ra­bles de l’État a été publiée le 11 novem­bre, celle pour les agents ter­ri­to­riaux le 12, tous les agents vul­né­ra­bles exer­çant dans le ver­sant hos­pi­ta­lier atten­dent tou­jours.

Une Foire Aux Questions (FAQ) devrait être publiée rapi­de­ment par la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS). L’UNSA a également demandé qu’un chan­ge­ment de doc­trine soit envi­sagé concer­nant les agents publics hos­pi­ta­liers, por­teurs du virus mais asymp­to­ma­ti­ques qui, dans la FPH, peu­vent être mobi­li­sés s’ils sont « per­son­nels non rem­pla­ça­bles », un concept par­ti­cu­lier dans un contexte de forte ten­sion sur les effec­tifs ! La Ministre a demandé à la DGOS de four­nir des éléments sta­tis­ti­ques et une ana­lyse des pra­ti­ques sur ce sujet.

Par ailleurs, l’UNSA Fonction publi­que a rap­pelé sa demande de sus­pen­sion du jour de carence et son exi­gence de reconnais­sance de la Covid-19 comme mala­die pro­fes­sion­nelle .

Pour l’UNSA : anti­ci­per

L’UNSA demande que soit rapi­de­ment défi­nie une doc­trine pour tester les agents volon­tai­res tout en res­pec­tant le secret médi­cal.

L’UNSA pro­pose également qu’un retour d’expé­rience soit mené afin de pré­pa­rer l’étape sui­vante dans les ser­vi­ces publics en matière sani­taire pour appré­hen­der ou éviter une troi­sième vague.

Le télé­tra­vail en hausse sans pour autant être géné­ra­lisé

40% des agents publics de l’État ont au moins télé­tra­vaillé une jour­née (sur 1,5 mil­lions d’agents hors ensei­gnants et forces de sécu­rité). Pour la minis­tre, l’objec­tif reste d’attein­dre 50%. L’aug­men­ta­tion de l’acti­vité sur les réseaux confirme la ten­dance à la hausse.
Dans les col­lec­ti­vi­tés, le cons­tat n’est pas pos­si­ble faute de remon­tées ! De fortes dif­fé­ren­ces seraient à noter entre les col­lec­ti­vi­tés selon la minis­tre, alors que l’UNSA insiste depuis plu­sieurs semai­nes sur des blo­ca­ges cons­ta­tés. Seule infor­ma­tion : les col­lec­ti­vi­tés de moins de 2000 habi­tants auraient très mino­ri­tai­re­ment ins­tau­rées le télé­tra­vail.

Amélie de Montchalin sou­haite ouvrir une réflexion sur le télé­tra­vail à moyen terme pour répon­dre à la ges­tion de la crise dans le temps, sans s’affran­chir de la réflexion à long terme débu­tée récem­ment avec les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les. L’UNSA Fonction Publique s’est mon­trée favo­ra­ble afin notam­ment que des dis­po­si­tions maté­riel­les soient anti­ci­pées par l’achat de nou­veaux maté­riels, l’exten­sion des VPN, mais aussi que des for­ma­tions soient orga­ni­sées. L’UNSA rap­pelle sa demande d’une véri­ta­ble négo­cia­tion sur le télé­tra­vail dans la fonc­tion publi­que.

Une charte pour com­mu­ni­quer pen­dant la crise sani­taire

Autour de quatre points, la pro­tec­tion de tous les usa­gers et des agents, le main­tien des ser­vi­ces publics pen­dant le confi­ne­ment, le res­pect des délais dans le trai­te­ment des dos­siers et une atten­tion aux usa­gers les plus vul­né­ra­bles, la minis­tre entend défen­dre et pro­mou­voir le ser­vice public. Cette ini­tia­tive non concer­tée aura au moins le mérite de porter une image posi­tive de la fonc­tion publi­que.


Voir en ligne : Nouveau dispositif pour les agents vulnérables