Accueil > Actualités > Emploi public : Stabilité mais diminution dans des secteurs clefs comme (...)

Emploi public : Stabilité mais diminution dans des secteurs clefs comme l’environnement !

Facebook Twitter LinkedIn
mardi 29 septembre 2020

L’UNSA Fonction Publique constate que le nombre d’ETP prévus dans le projet de loi de finances 2021 demeure stable avec une baisse de 157 postes (Equivalents Temps Plein). Nous sommes loin des milliers de suppressions envisagés pendant la campagne présidentielle. Mais, à y regarder de plus près, le gouvernement se prive d’agents publics pour mener des politiques ambitieuses. A croire qu’il n’agit que comptablement !

Cette sta­bi­lité cache de fortes dis­pa­ri­tés selon les péri­mè­tres. Un effort est fait pour le minis­tère de la jus­tice et l’admi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire, pour le minis­tère de l’inté­rieur et les forces de police. Ce sont des choix signi­fi­ca­tifs.

L’UNSA Fonction Publique regrette les sup­pres­sions de postes ne per­met­tant pas de conduire plei­ne­ment d’autres mis­sions au ser­vice du pays.
Ainsi, le minis­tère des finan­ces devra rendre plu­sieurs mil­liers d’emplois au nom de la trans­for­ma­tion et des gains de pro­duc­ti­vité alors que le gou­ver­ne­ment aurait pu choi­sir d’accom­pa­gner les réor­ga­ni­sa­tions menées tam­bour bat­tant.

Le minis­tère de la tran­si­tion écologique sera, pour la seconde année, l’un des plus tou­chés avec près de 2% d’effec­tif en moins (- 947 ETP) alors que l’écologie est une prio­rité affi­chée du gou­ver­ne­ment. Une poli­ti­que ambi­tieuse autour de l’envi­ron­ne­ment et de l’écologie ne peut être conduite sans les per­son­nels indis­pen­sa­bles pour garan­tir l’indé­pen­dance et la per­for­mance des contrô­les. Il fau­drait plus d’ins­pec­teurs, par exem­ple, pour contrô­ler les sites indus­triels et éviter des catas­tro­phes comme celle de Lubrizol.

D’autres minis­tè­res doi­vent rendre des postes alors que leurs mis­sions ne dimi­nuent pas comme l’agri­culture et l’ali­men­ta­tion ou le tra­vail. L’UNSA Fonction Publique estime, en cette période de crise, au regard des objec­tifs du gou­ver­ne­ment, qu’il se prive volon­tai­re­ment d’agents indis­pen­sa­bles au bon fonc­tion­ne­ment du ser­vice public.

Enfin, l’UNSA Fonction Publique rap­pelle que l’étape obli­gée des pré­vi­sions bud­gé­tai­res sera à com­pa­rer avec la réa­lité du nombre d’agents publics réel­le­ment en poste en 2021 !

Bagnolet le 29 sep­tem­bre 2020
Luc Farré
Secrétaire Général de l’UNSA Fonction Publique