Accueil > Actualités > 25 milliards pour la recherche, l’UNSA dit OUI !

25 milliards pour la recherche, l’UNSA dit OUI !

Facebook Twitter LinkedIn
mercredi 24 juin 2020

L’UNSA Fonction publique, sa fédération, l’UNSA Education et ses syndicats de l’ESR, demandaient depuis des années une loi de programmation sur la recherche.
Il y a un an, l’UNSA a donc salué l’annonce de cette loi. Celle-ci a créé de fortes attentes chez les chercheurs.
Le projet était examiné par le Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’État le 22 juin 2020. L’UNSA a choisi de voter favorablement à ce projet de loi même s’il aurait pu être plus ambitieux.

Si elle avait eu la plume, l’UNSA aurait écrit cette loi autre­ment.
En par­ti­cu­lier, elle aurait cons­truit dif­fé­rem­ment son finan­ce­ment avec plus d’ambi­tion.

A l’UNSA, nous pen­sons que les pre­miè­res mar­ches (années 2020 et 2021), les pre­miè­res étapes de ce finan­ce­ment devraient être plus hautes. C’est aujourd’hui que les besoins de la recher­che se font criant, en par­ti­cu­lier pour les labo­ra­toi­res.

Les syn­di­cats de l’UNSA auraient également pré­féré une reva­lo­ri­sa­tion sala­riale fondée sur l’indi­ciaire plutôt que sur une aug­men­ta­tion et une réor­ga­ni­sa­tion des indem­ni­tés. L’UNSA rap­pelle que la fai­blesse de l’attrac­ti­vité des métiers de la recher­che dans l’ESR fran­çais réside notam­ment dans le fait que les salai­res fran­çais sont sen­si­ble­ment infé­rieurs à ceux de l’OCDE.

Cependant, cette loi est bien une oppor­tu­nité pour la recher­che dans notre pays. L’UNSA, orga­ni­sa­tion syn­di­cale réfor­miste, ne pou­vait pas l’igno­rer. Ce texte don­nera à notre recher­che des pos­si­bi­li­tés sup­plé­men­tai­res.

Elle devra s’accom­pa­gner de mesu­res pour les per­son­nels en poste, en termes de déroulé de car­rière, de pos­si­bi­lité de pro­mo­tion et de moyens pour assu­rer leur mis­sion de recher­che. Des dis­cus­sions se sont ouver­tes.

L’UNSA a déposé des amen­de­ments cons­truc­tifs, cer­tains ayant pour objec­tif d’éviter une concur­rence entre les « pro­fes­seurs juniors » et les maî­tres de confé­ren­ces ou char­gés de recher­che, d’autre pour sécu­ri­ser les per­son­nels recru­tés sous contrat.
Nous avons obtenu des enga­ge­ments écrits de de la minis­tre qui vont dans le sens d’une amé­lio­ra­tion des car­riè­res des mai­tres de confé­ren­ces et des char­gés de recher­che. Par ailleurs, pour l’UNSA cette loi doit concer­ner l’ensem­ble des per­son­nels BIATSS et là encore la minis­tre a pris de pre­miers enga­ge­ments.

Les 25 mil­liards pour la recher­che sont une pre­mière étape. L’UNSA reven­di­que également une loi de pro­gram­ma­tion pour les mis­sions de for­ma­tion ini­tiale et conti­nue de l’ensei­gne­ment supé­rieur en paral­lèle de celle-ci.

L’UNSA Fonction Publique est la seule orga­ni­sa­tion a avoir voté favo­ra­ble­ment le projet de loi recher­che. L’ambi­tion de notre pays l’exi­geait.