Accueil > Actualités > Le temps est venu de donner un avenir à l’hôpital et à tous nos services (...)

Le temps est venu de donner un avenir à l’hôpital et à tous nos services publics !

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 28 mai 2020

Une tribune signée par Luc Farré, Secrétaire Général de l’UNSA Fonction Publique, publiée à l’occasion du lancement du plan "Ségur sur la santé" par Le Huffingtonpost, portant sur tous les agents publics, le service public et l’avenir.

Le gou­ver­ne­ment lance un “Plan Ségur” de la santé et de l’hôpi­tal à partir d’aujourd’hui. Il était temps ! Il ne pourra pas se conten­ter d’annon­ces uni­la­té­ra­les. Il devra enfin enten­dre tous les agents publics des hôpi­taux, du direc­teur à l’aide-soi­gnant en pas­sant par l’infir­mier, le méde­cin mais aussi l’agent d’entre­tien ou le tech­ni­cien. Il devra écouter les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les dans une volonté de co-cons­truc­tion. Il devra, enfin, envi­sa­ger de revoir les rému­né­ra­tions afin de rendre l’hôpi­tal plus attrac­tif. C’est l’une des condi­tions pour que ce plan réus­sisse.

Regarder avec un œil neuf les ser­vi­ces publics

Certains ne voient plus les ser­vi­ces publics car ils font partie de notre vie quo­ti­dienne. Cependant, pen­dant le confi­ne­ment, nous avons pu mesu­rer leur uti­lité. Je pour­rais citer l’école, le sys­tème judi­ciaire et tous ceux qui ont pour mis­sion d’assu­rer notre pro­tec­tion, de contrô­ler la qua­lité des pro­duits que nous consom­mons et de faire fonc­tion­ner notre pays.

Un État stra­tège

L’idée même de faire des économies sur le dos des ser­vi­ces publics est contre-pro­duc­tive car en réa­lité cela se fait tou­jours sur le dos du public, sur le dos de nos conci­toyens et en pre­mier lieu sur ceux des plus fra­gi­les d’entre eux. Un État se doit pour pré­ve­nir les crises et pour pro­té­ger les citoyens, d’être un État stra­tège. Renforcer les ser­vi­ces publics per­met­tra à notre pays de faire face à d’autres crises. Des moyens finan­ciers bud­gé­ti­sés dans la durée sont donc néces­sai­res pour pou­voir pré­pa­rer serei­ne­ment l’avenir.

Alors que notre pays va être confronté brus­que­ment à la ques­tion économique et peut-être au chô­mage de masse, je demande que l’on n’oppose pas le sec­teur public au sec­teur privé. L’État joue son rôle en mobi­li­sant toutes ses forces notam­ment en per­met­tant le chô­mage par­tiel. Le sys­tème social fran­çais doit demeu­rer un for­mi­da­ble amor­tis­seur social et les ser­vi­ces publics doi­vent rester acces­si­bles à tous.

Un for­mi­da­ble avenir

Alors qu’un élan de soli­da­rité s’est déve­loppé dans notre pays, alors que de nom­breux jeunes se sont mobi­li­sés pour accom­pa­gner leurs voi­sins ou pour aider d’autres, cette période peut être une for­mi­da­ble occa­sion pour inci­ter les jeunes à s’enga­ger vers les métiers du ser­vice public avec des mis­sions au ser­vice des autres.

Soigner, former les futurs citoyens, servir la jus­tice de notre pays, le pro­té­ger, accom­pa­gner les hommes et les femmes qui l’habi­tent, par­ti­ci­per à la trans­for­ma­tion de la France vers un monde plus écologique et plus adapté au vieillis­se­ment font partie des plus belles mis­sions.

La sortie de la crise sani­taire devrait être l’occa­sion de mettre le ser­vice public et la fonc­tion publi­que au cœur du projet répu­bli­cain.

Luc FARRÉ
Secrétaire Général de l’UNSA Fonction publi­que

Retrouvez toutes les tri­bu­nes du SG de l’UNSA Fonction Publique publiées par le Huffingtonpost.


Voir en ligne : Tribune publiée par le Huffingtonpost