Accueil > Actualités > L’attractivité dans la fonction publique : nouveau sujet de discussion

L’attractivité dans la fonction publique : nouveau sujet de discussion

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 18 avril 2019

Le Gouvernement, suite à la demande de plusieurs syndicats dont l’UNSA, a ouvert une discussion sur l’attractivité dans la fonction publique et sur le recrutement.
En préalable aux échanges, l’UNSA a tenu à rappeler que l’attractivité de la fonction publique passe par une amélioration des conditions de rémunération, des conditions de travail des agents, de l’évolution des carrières et des équipements.
L’UNSA a également évoqué la nécessité d’un discours positif des élus et du gouvernement vis-à-vis des métiers de la fonction publique.

Extrait de la décla­ra­tion limi­naire de l’UNSA Fonction Publique

"Revaloriser a minima la valeur du point d’indice à la hau­teur de l’infla­tion est donc une pre­mière mesure indis­pen­sa­ble pour main­te­nir l’attrac­ti­vité des métiers.
Le pro­chain Rendez-Vous sala­rial sera déter­mi­nant en matière d’attrac­ti­vité".

L’attrac­ti­vité est un élément essen­tiel pour la fonc­tion publi­que pour pou­voir recru­ter des femmes et des hommes en fonc­tion de leurs com­pé­ten­ces et de leur talent au ser­vice de l’inté­rêt géné­ral. C’est le sens de l’arti­cle 6 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

La fonc­tion publi­que recrute chaque année des mil­liers de per­son­nels, cer­tains par concours, d’autres sur contrat. Les enjeux du recru­te­ment sont donc pri­mor­diaux pour assu­rer la qua­lité du ser­vice public sur tout le ter­ri­toire.

Par exem­ple, concrè­te­ment :

  • Comment recruter des informaticiens de haut niveau et les fidéliser ?
  • Comment pourvoir les postes en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France ou encore dans le Grand-Est, dans les régions déficitaires ?
  • Comment éviter les renoncements après réussite au concours ?
    Pour l’UNSA, les réponses passent par une analyse approfondie d’un véritable état des lieux qui n’a pas été présenté.

La dis­cus­sion qui pour­rait, selon le gou­ver­ne­ment pren­dre une forme de concer­ta­tion, devrait abor­der plu­sieurs autres sujets :

  • Les concours de recrutement et leur évolution
  • Les méthodes de recrutement des contractuels
  • La possibilité de recruter des apprentis.

Sur ce der­nier point, l’UNSA rap­pelle que l’appren­tis­sage est une voie de for­ma­tion et non de recru­te­ment. Comment res­pec­ter les prin­ci­pes de recru­te­ment en fonc­tion des com­pé­ten­ces et des talents sinon en ins­tau­rant une réflexion sur les pré-recru­te­ments et/ou sur le choix des appren­tis ?

L’UNSA insiste sur la for­ma­tion ini­tiale et conti­nue, tout au long de la vie avec une poli­ti­que de Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Effectifs et des Compétences pour inté­grer les évolutions des métiers et les besoins des ser­vi­ces tout en per­met­tant des secondes car­riè­res.

L’UNSA insiste encore sur l’accueil des per­son­nels entrants dans la fonc­tion publi­que avec le souci de fidé­li­ser les agents sur les ter­ri­toi­res, en s’inter­ro­geant, par exem­ple, sur une poli­ti­que per­ti­nente de loge­ment.
De plus, l’UNSA pro­pose d’étudier l’évolution des 23 600 postes vacants pro­po­sés sur le nou­veau site de la fonc­tion publi­que qui regroupe les offres de poste des trois ver­sants : Place de l’emploi public.

Le pro­chain groupe de tra­vail est prévu le 21 mai et devrait trai­ter des concours.