Accueil > Actualités > Budget 2020 - suppression d’emplois : Entre prévision et réalité (...)

Budget 2020 - suppression d’emplois : Entre prévision et réalité !

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 14 octobre 2019

Le long cheminement du budget 2020 débute au parlement. L’UNSA Fonction Publique a noté objectivement que le gouvernement est revenu sur son intention de supprimer des emplois publics en masse dans la fonction publique d’état.
Cependant, l’œil attentif trouvera de nombreuses interrogations entre les prévisions, la réalité et les besoins des services publics.

Le schéma d’emploi a été adopté au conseil des minis­tres.

Les deux pre­miers bud­gets de la man­da­ture fai­saient appa­raî­tre des sup­pres­sions nettes d’emplois en plus des redé­ploie­ments entre les minis­tè­res. Le solde est posi­tif cette année mais les redé­ploie­ments per­sis­tent de façon impor­tante entre les minis­tè­res dits réga­liens qui connais­sent des créa­tions d’emplois et les minis­tè­res des finan­ces, de l’écologie et du tra­vail.

Depuis le début du quin­quen­nat, plus de 5600 sup­pres­sions d’emplois auront été faites. Mais en réa­lité, ce sont 10 687 postes qui auront été redé­ployés entre les minis­tè­res sans tenir compte des redé­ploie­ments inter­nes aux minis­tè­res et/ou/entre établissements publics.

Ce budget répond-il aux besoins réels, alors que l’obser­va­teur notera aucune créa­tion dans les uni­ver­si­tés qui accueillent de plus en plus d’étudiants et tou­jours des sup­pres­sions au minis­tère de la tran­si­tion écologique ?

Pour être com­plet, la mise en place des Secrétariat Généraux Communs aux direc­tions dépar­te­men­ta­les dans les dépar­te­ments entraine un trans­fert de postes vers le minis­tère de l’inté­rieur.

Le tableau ci-des­sous reprend les don­nées, sortie du conseil des minis­tres 2018 pour le PLF 2019 et y ajoute le schéma d’emplois décidé pour 2020. Il res­sort de la com­pa­rai­son avec les chif­fres des pla­fonds deman­dés pour 2020 des dif­fé­ren­ces impor­tan­tes.

Par ailleurs, il faut rap­pe­ler que le Projet de Loi de Finance (PLF) n’est qu’un ensem­ble de « pro­mes­ses » qui ont à se réa­li­ser l’année sui­vante. Les rap­ports annuels de per­for­mance publiés à n+1 don­nent la réa­lité des mesu­res cons­ta­tées.

Ainsi le der­nier Rapport Annuel de Performances (RAP), celui de 2018, fai­sait état de dif­fé­ren­tiel entre les pla­fonds promis et les emplois réel­le­ment consom­més. Le pla­fond voté à l’Éducation natio­nale est lar­ge­ment vir­tuel car l’État n’en consomme qu’une partie : près de 17 000 emplois votés ne sont pas uti­li­sés. De même, il existe un déca­lage au minis­tère de l’Intérieur.

C’est l’une des rai­sons pour laquelle l’UNSA Fonction Publique reste très vigi­lante par rap­port aux effets de com­mu­ni­ca­tions en matière de postes bud­gé­tai­res.

Remarque : les postes dans les hôpi­taux n’appa­rais­sent pas dans le PLF.


Voir en ligne : PLF 2020 : L’acte II du quinquennat à transformer !