Accueil > Actualités > Actualisation de l’indemnité compensatoire de la hausse de la CSG (...)

Actualisation de l’indemnité compensatoire de la hausse de la CSG pérennisée

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 16 novembre 2020

L’UNSA Fonction Publique a voté favorablement pour l’actualisation et la pérennisation de l’indemnité compensatoire de la hausse de la CSG, lors du CCFP. Il aura fallu trois ans pour que le gouvernement décide de généraliser un dispositif qui ne devait être que ponctuel et qui créait une injustice pour tous les fonctionnaires.

Il faut se rap­pe­ler que le can­di­dat Emmanuel Macron avait promis d’aug­men­ter, en 2017, le pou­voir d’achat des fran­çais en sup­pri­mant une partie des coti­sa­tions sala­ria­les contre une hausse de la CSG de1,7%. Mais, pour les fonc­tion­nai­res cette opé­ra­tion s’est tra­duite par une baisse de 1,7% de leur pou­voir d’achat. L’UNSA Fonction Publique, avec d’autres orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les, avait obtenu, après de fortes mobi­li­sa­tions, qu’une indem­nité com­pen­sa­toire soit ins­tau­rée.

En 2019 et en 2020, l’UNSA avait obtenu que cette indem­nité puisse être recal­cu­lée en cas chan­ge­ment de rému­né­ra­tion (pro­mo­tion, pas­sage à plein temps...) mais seu­le­ment pour ces deux années !

Le texte adopté par le CCFP pré­voit enfin, que chaque année, cette indem­nité soit recal­cu­lée et prenne en compte toutes les aug­men­ta­tions de rému­né­ra­tion !

L’UNSA avait déposé un amen­de­ment pour obte­nir un calcul men­suel, ce que le gou­ver­ne­ment a refusé au nom de la com­plexité, argu­ment un peu sur­pre­nant à l’ère de l’infor­ma­ti­que !

Il aura fallu trois ans d’âpres dis­cus­sions pour obte­nir une mesure de bon sens. Les fonc­tion­nai­res ne per­dront pas de pou­voir d’achat, n’en gagne­ront pas non plus à la dif­fé­rence des sala­riés. L’opé­ra­tion pré­si­den­tielle "CSG" aura été neutre.

Paradoxalement alors que l’un des autres sujets du CCFP por­tait sur l’attrac­ti­vité de la fonc­tion publi­que, ce sont les nou­veaux fonc­tion­nai­res recru­tés depuis 2017 qui n’en béné­fi­cie­ront pas.