UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > CSFP-CCFP > CSFPE (Conseil supérieur de la fonction publique d’État) > Un nouveau pilotage RH dans la fonction publique : quelle place pour le (...)

Un nouveau pilotage RH dans la fonction publique : quelle place pour le dialogue social ?

15 novembre 2016

Enregistrer au format PDF

Lors du Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’Etat, un projet de décret sur les missions de la DGAFP a été étudié.
Celle-ci assurera une DRH (direction des ressources humaines) de la Fonction publique et plus particulièrement pour l’État à partir du 1er janvier 2017.

L’UNSA Fonction Publique a souhaité fortement que les Stratégies Interministérielles de Ressources Humaines qui seront élaborées dans ce nouveau cadre soient soumises aux instances de dialogue social, aux représentants des personnels élus, afín qu’elles puissent être discutées.

Pour l’UNSA-Fonction Publique, moder­ni­ser la fonc­tion publi­que ne peut se faire sans les agents publics. Évoquer une poli­ti­que de res­sour­ces humai­nes, c’est iné­vi­ta­ble­ment parler du quo­ti­dien des femmes et des hommes qui font la fonc­tion publi­que.

Il est donc inen­vi­sa­gea­ble qu’une nou­velle Direction des Ressources Humaines ne pré­sente pas ses stra­té­gies aux repré­sen­tants des per­son­nels, que ces orien­ta­tions concer­nent l’ensem­ble des agents des trois ver­sants, la fonc­tion publi­que de l’État ou les agents d’un minis­tère.

Les 23 amen­de­ments dépo­sés par l’UNSA Fonction publi­que ont porté l’idée de la néces­sité d’un dia­lo­gue social de qua­lité, tant au niveau du Conseil Commun de la Fonction Publique, que du Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’Etat, ou au niveau des Comités Techniques Ministériels ou encore des Comités tech­ni­ques locaux.

L’UNSA-Fonction Publique a acté posi­ti­ve­ment les avan­cées obte­nues en séance. Elle a donc décidé de ne pas voter défa­vo­ra­ble­ment mais en abs­ten­tion sur un texte impor­tant. Présenté fin octo­bre, sans concer­ta­tion préa­la­ble, il défi­nira l’avenir de la fonc­tion publi­que et de ses 5,4 mil­lions d’agents.

Le dia­lo­gue social ne peut pas être qu’une affir­ma­tion, il doit se tra­duire dans les textes et dans les faits.