Accueil > Actualités > Parcours professionnels, carrières et rémunérations : enfin du concret (...)

Parcours professionnels, carrières et rémunérations : enfin du concret ?

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 9 mars 2015

Les négociations PPCR entrent dans leur phase terminale. La ministre doit lancer le dernier round des négociations le 10 mars prochain après six mois de discussions. L’espoir d’annonces concrètes est cependant suspendu au contexte syndical particulier.

Après un enga­ge­ment en 2013, la publi­ca­tion du rap­port Pêcheur, six mois de dis­cus­sions en 2014, le dos­sier des par­cours pro­fes­sion­nels, des car­riè­res et des rému­né­ra­tions aborde la der­nière ligne droite.
Les bilans sont connus, les posi­tions des uns et des autres ont été expri­mées, la minis­tre doit confir­mer mardi 10 mars qu’elle a un mandat et les moyens de la négo­cia­tion. Les per­son­nels atten­dent désor­mais des répon­ses concrè­tes qui puis­sent être tra­dui­tes dans le projet de loi de finan­ces qui va être élaboré. En résumé, des mesu­res doi­vent se mettre en œuvre au plus tard au 1er jan­vier 2016.
La négo­cia­tion va se dérou­ler dans le contexte pos­té­lec­to­ral qui a vu un rai­dis­se­ment des orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les contes­ta­tai­res. Emblématique de cette évolution, l’annonce de la non-signa­ture par la CGT et la FSU (et de façon moins sur­pre­nante par FO et Solidaires) du relevé de conclu­sions pour un accord sur la Qualité de vie au tra­vail est révé­la­teur de la ten­sion qui s’est accrue.
Au moment où vont s’enga­ger les der­niè­res dis­cus­sions, l’UNSA Fonction publi­que sou­haite que soit très clai­re­ment fixées les règles de la négo­cia­tion.
La loi de 2010, pré­voit qu’il faut un accord majo­ri­taire pour que les dis­po­si­tions s’appli­quent aux per­son­nels. La puis­sance publi­que occupe une posi­tion sin­gu­lière. Elle peut à tout moment déci­der d’appli­quer (ou non) des déci­sions uni­la­té­ra­les. L’UNSA demande donc que soient expli­ci­tées, en amont des dis­cus­sions, la posi­tion qui serait prise par le gou­ver­ne­ment aussi bien en cas d’accord, qu’en cas de non accord de manière à res­pon­sa­bi­li­ser tous les acteurs de la négo­cia­tion.
L’UNSA par­ti­ci­pera aux négo­cia­tions, sans a priori, avec pour seule bous­sole l’inté­rêt des per­son­nels.