Accueil > Action sociale > CIAS : Ambitions de l’UNSA pour une action sociale de qualité

CIAS : Ambitions de l’UNSA pour une action sociale de qualité

Facebook Twitter LinkedIn
vendredi 4 novembre 2016

Les ambitions de l’UNSA-Fonction publique pour une action sociale de qualité
Le CIAS s’est réuni le 3 novembre 2016. Parmi les points à l’ordre du jour : les prévisions d’exécution pour l’exercice 2016 et la présentation du projet de loi de finances pour 2017. A l’occasion de cette instance, l’UNSA-Fonction publique a présenté ses propositions.

L’UNSA-Fonction publique exige des mesures d’urgence pour 2016 d’autant que la gestion prévisionnelle 2016 de l’action sociale interministérielle fait apparaitre une importante sous-consommation budgétaire.

En amont du CIAS, l’UNSA-Fonction publi­que avait notam­ment pro­posé d’aug­men­ter le nombre de places en crè­ches. Certaines Sections régio­na­les inter­mi­nis­té­riel­les d’action sociale (SRIAS) vont d’ores et déjà béné­fi­cier de places en crè­ches sup­plé­men­tai­res. Pour autant, nous regret­tons que toutes les SRIAS ne puis­sent voir leurs deman­des satis­fai­tes dès 2016.

L’UNSA-Fonction publi­que reven­di­que, dès 2017, le déve­lop­pe­ment d’une action sociale inter­mi­nis­té­rielle de qua­lité.

L’UNSA-Fonction publi­que pro­pose la mise en œuvre d’une véri­ta­ble poli­ti­que fami­liale, par­ti­ci­pant à l’égalité femmes/hommes, plus par­ti­cu­liè­re­ment en déve­lop­pant le parc de places en crèche pour attein­dre enfin le seuil des 4 000 ber­ceaux.
Le PLF 2017 pré­senté affi­che une sta­bi­lité par rap­port à celui de 2016. L’UNSA-Fonction publi­que cons­tate qu’il ne répond pas aux besoins des per­son­nels et renou­velle avec déter­mi­na­tion sa demande d’un budget de l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle ren­forcé.

L’UNSA-Fonction publi­que rap­pelle qu’il est indis­pen­sa­ble de révi­ser les pres­ta­tions inter­mi­nis­té­riel­les d’action sociale à régle­men­ta­tion com­mune, comme par exem­ple :

  • les prestations relatives aux chèques-vacances, au CESU et à l’AIP, dont la revalorisation permettrait d’en donner l’accès à un plus grand nombre d’agents ;
  • le barème de la prestation repas, qui n’a pas évolué depuis 20 ans.

L’UNSA-Fonction Publique pro­pose une poli­ti­que ambi­tieuse en matière de loge­ment.

L’UNSA-Fonction publi­que porte la demande d’un état des lieux com­plet sur le nombre de loge­ments sociaux inter­mi­nis­té­riels. La ges­tion du parc de loge­ments sociaux des agents publics de l’État doit être glo­bale, trans­pa­rente et opti­mi­sée.
De plus, afin de répon­dre à des deman­des spé­ci­fi­ques, l’offre de loge­ments tem­po­rai­res doit, également être déve­lop­pée.

L’UNSA-Fonction publi­que demande la mise en place de mesu­res orga­ni­sa­tion­nel­les per­met­tant le bon fonc­tion­ne­ment de l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle sur le ter­ri­toire.

Pendant la période tran­si­toire 2017-2018, l’UNSA-Fonction publi­que demande qu’un comité de suivi accom­pa­gne la nou­velle réor­ga­ni­sa­tion ter­ri­to­riale des SRIAS, afin de défi­nir les rôles et com­pé­ten­ces de chacun des acteurs de l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle.