Accueil > Actualités > Dernier chantier RH autour de la mobilité et de l’accompagnement des (...)

Dernier chantier RH autour de la mobilité et de l’accompagnement des agents

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 2 juillet 2018

Olivier Dussopt, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Action et des comptes publics, a lancé lundi 2 juillet 2018 le 4ème et dernier chantier de concertation sur la transformation de l’action publique, sur le thème de la mobilité des agents publics et de leur accompagnement dans leurs transitions professionnelles.

Pour l’UNSA Fonction publique, ce chantier porte à la fois sur les sujets de la transformation de l’action publique, de la transition numérique mais aussi de l’attractivité des postes afin que le service public puisse être assuré sur tout le territoire. Il s’agit de favoriser les mobilités choisies y compris interministérielles, inter-versants ou dans un même bassin d’emplois. Il est essentiel d’anticiper ces transformations de l’environnement professionnel et des métiers, et de faire de l’accompagnement des agents une priorité en mettant en œuvre tous les moyens et les outils de la formation professionnelle.

Quelques chif­fres : en 2014, près de 450 000 agents publics ont changé d’employeur, de zone d’emploi, de statut ou de situa­tion d’emploi tout en res­tant dans la fonc­tion publi­que. Le taux de mobi­lité annuel (part des agents publics ayant connu au moins un de ces chan­ge­ments au cours de l’année) s’établit hors restruc­tu­ra­tions à 7,5 % entre 2012 et 2014, et les mobi­li­tés inter-ver­sants de la fonc­tion publi­que sont peu fré­quen­tes (moins de 1 % des agents).

Cette mobi­lité est jugée trop faible par le Gouvernement, qui ambi­tionne de mieux répon­dre aux atten­tes des agents publics en matière de mobi­lité et d’évolution pro­fes­sion­nelle, tout en amé­lio­rant les capa­ci­tés d’adap­ta­tion des ser­vi­ces dans le cadre de la trans­for­ma­tion de l’action publi­que. Un « plan de départ volon­taire » pour­rait également être mis en place pour inci­ter les agents à partir défi­ni­ti­ve­ment vers le sec­teur privé.

L’UNSA Fonction Publique a indi­qué que la mobi­lité des agents publics pour­rait être plus impor­tante si cer­tains freins per­sis­tants étaient levés, notam­ment :

  • en renforçant l’attractivité des métiers de la fonction publique et en mettant en place une reconnaissance de l’engagement des agents (par exemple, par une carrière accélérée pour favoriser l’affectation dans certains territoires peu attractifs)
  • en permettant que chaque agent puisse se loger, quelle que soit son affectation, particulièrement dans les territoires où il est difficile de se loger
  • en favorisant l’accès à l’information, par une publication en ligne des postes vacants au sein des 3 versants de la fonction publique
  • en limitant les importantes différences de rémunération, notamment indemnitaires, pour des fonctions identiques dans les 3 versants de la fonction publique

Pour accom­pa­gner les tran­si­tions et les mobi­li­tés pro­fes­sion­nel­les, l’UNSA demande un déve­lop­pe­ment rapide de la mise en œuvre effec­tive du conseil en évolution pro­fes­sion­nelle et des moyens sup­plé­men­tai­res pour la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle :

  • chaque agent doit avoir accès à un « conseiller mobilité carrière », pour l’aider dans l’élaboration de son projet d’évolution professionnelle.
  • des moyens importants doivent être octroyés à la formation professionnelle et un mode de financement spécifique du CPF doit être mis en place.

Enfin, pour l’UNSA, les études d’impact sur les res­sour­ces humai­nes doi­vent deve­nir obli­ga­toi­res, préa­la­ble­ment à tout projet de restruc­tu­ra­tion de ser­vice.

Trois grou­pes de tra­vail sont prévus dans le cadre de ce chan­tier : le 5 juillet 2018, puis en sep­tem­bre 2018.