Accueil > Actualités > Égalité professionnelle dans la fonction publique : l’UNSA attend dorénavant (...)

Égalité professionnelle dans la fonction publique : l’UNSA attend dorénavant du concret pour les agents.

Facebook Twitter LinkedIn
vendredi 9 mars 2018

L’UNSA se félicite que le CCFP (Conseil Commun de la Fonction Publique) du 9 mars 2018, présidé par Olivier DUSSOPT, soit placé sous le signe unique de l’égalité professionnelle avec la présentation du Rapport annuel sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique et avec l’ouverture d’une nouvelle concertation à ce sujet.

Cependant, l’UNSA déplore que la dimen­sion « égalité pro­fes­sion­nelle » ait été igno­rée lors de la prise de déci­sion de repor­ter PPCR d’un an et de réins­tau­rer un jour de carence, deux mesu­res qui frap­pent plus par­ti­cu­liè­re­ment les femmes.

Pour éviter de nou­veaux écueils, l’UNSA attend que l’égalité pro­fes­sion­nelle soit inté­grée dans tous les chan­tiers ouverts à l’agenda social.

L’UNSA cons­tate que les enga­ge­ments conte­nus dans le pro­to­cole du 8 mars 2013 n’ont pas tous abouti. Elle attend des effets concrets pour tous les agents dès 2018
et une concer­ta­tion à la hau­teur de la « grande cause du quin­quen­nat » décla­rée par le Président Emmanuel Macron.

L’UNSA s’est fixé comme objec­tifs prio­ri­tai­res :

  • la revalorisation des métiers à prédominance féminine, les parcours de carrière et les rémunérations, la mixité des métiers et les modes de recrutement,
  • la qualité de vie au travail, l’articulation vie professionnelle - vie personnelle, et les questions liées à la parentalité,
  • les formations et sensibilisations à l’égalité professionnelle,
  • la prévention et le traitement des situations de violences ou de harcèlement,
  • l’accompagnement et le conseil aux agents,
  • le renforcement du dialogue social à tous les niveaux,
    qui s’inscrivent pleinement dans les quatre axes du protocole signé il y a cinq ans, dont l’application est loin d’être finalisée.

Au-delà de ce qui a déjà été accom­pli natio­na­le­ment ou loca­le­ment, l’UNSA consi­dère qu’après le temps des études, des ana­ly­ses, et des décla­ra­tions d’inten­tion, le temps de la concré­ti­sa­tion des actions en matière d’égalité Femme-Hommes, en faveur des agents publics, est venu.

Ce sont bien les employeurs publics qui se doi­vent d’être exem­plai­res pour par­ve­nir à faire pro­gres­ser l’égalité pro­fes­sion­nelle qu’ils enten­dent pro­mou­voir natio­na­le­ment.