Accueil > Actualités > Concertation Fonction publique : première bilatérale

Concertation Fonction publique : première bilatérale

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 19 février 2018

L’UNSA Fonction publi­que a été reçue le 15 février par le Secrétaire d’Etat Olivier Dussopt pour une pre­mière réu­nion bila­té­rale. Cette ren­contre a porté essen­tiel­le­ment sur la méthode et l’ordon­nan­ce­ment des sujets annon­cés par le Premier minis­tre le 1er février.

L’UNSA Fonction Publique a rap­pelé ses prin­ci­pes fon­da­men­taux sur les quatre chan­tiers qui seront ouverts par le gou­ver­ne­ment, notam­ment l’impor­tance d’une fonc­tion publi­que sta­tu­taire pour notre pays et la néces­sité de conser­ver toutes les ins­tan­ces de dia­lo­gue social (CT, CHSCT et CAP) qui per­met­tent la défense indi­vi­duelle et col­lec­tive des agents publics.

Elle a obtenu des cla­ri­fi­ca­tions en par­ti­cu­lier sur les plans de départs volon­tai­res. Il s’agi­rait, dans cer­tai­nes situa­tions de restruc­tu­ra­tion, de per­met­tre à des agents d’opter pour un départ de la fonc­tion publi­que plutôt que pour une mobi­lité, une for­ma­tion et/ou un reclas­se­ment.

La concer­ta­tion devrait durer un an avec deux pério­des. Elle devrait abou­tir à un projet de loi au prin­temps 2019.

  • Ainsi, avant l’été, seraient abordées les instances de dialogue social et la facilitation du recrutement sur contrat. D’ores et déjà, l’UNSA a rappelé que près de 20% des agents publics sont des contractuels.
  • Dans un second temps, l’accompagnement renforcé en matière d’évolution de carrière, incluant la question des plans de départs volontaires, et la rémunération seront traités de l’été à octobre.

L’UNSA Fonction Publique estime tou­jours que le débat sur les mis­sions de la fonc­tion publi­que est un préa­la­ble qui n’a pas eu lieu.

Enfin, l’UNSA Fonction Publique a renou­velé sa demande, portée avec sept autres fédé­ra­tions, pour avan­cer le rendez-vous sala­rial prévu ini­tia­le­ment en octo­bre 2018.

Le bureau natio­nal de l’UNSA Fonction publi­que a décidé, le 16 février, de ne pas appe­ler à la mobi­li­sa­tion le 22 mars. Il s’agit de donner toutes ses chan­ces au pro­ces­sus de concer­ta­tion. Cependant, l’UNSA se réserve la pos­si­bi­lité de recou­rir à toute forme d’action y com­pris la grève si néces­saire.


Voir en ligne : Communiqué : En marche vers un recul ?