Accueil > CSFP-CCFP > CSFPE (Conseil supérieur de la fonction publique d’État) > Boycott du Conseil Commun de la Fonction publique

Boycott du Conseil Commun de la Fonction publique

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 12 avril 2012

11 avril 2012 - Communiqué commun de sept organisations syndicales de la Fonction publique

Nos orga­ni­sa­tions CFTC – CGT – FA/FPT - FO – FSU – SOLIDAIRES – UNSA- esti­ment que le dia­lo­gue social dans la Fonction publi­que s’est dégradé.

Elles ont à plu­sieurs repri­ses alerté le minis­tre sur ce sujet : sur le calen­drier contraint qui ne leur permet plus de mener à bien leur tra­vail, que ce soit au sein de leurs pro­pres ins­tan­ces comme avec les per­son­nels ; main­tien des textes à l’ordre du jour des orga­nis­mes consul­ta­tifs contre notre avis quasi-una­nime ; ...

Suite à l’audience du 28 mars avec F. Sauvadet, aucun chan­ge­ment signi­fi­ca­tif n’a été apporté nous per­met­tant de retrou­ver des condi­tions de tra­vail plus sérieu­ses et serei­nes, bien au contraire !

Nous tenons à redire que pour réel­le­ment fonc­tion­ner le dia­lo­gue social doit res­pec­ter les dif­fé­ren­tes par­ties qui le com­po­sent. Dans toutes les réu­nions, qu’elles soient ins­ti­tu­tion­nel­les ou non, nous repré­sen­tons les per­son­nels et nos deman­des, expri­ment leurs préoc­cu­pa­tions et leurs exi­gen­ces. Celles-ci devraient non seu­le­ment être enten­dues mais également prises en compte, ce qui n’est plus le cas.

Depuis plu­sieurs mois, de nom­breux textes sont pro­mul­gués (contin­gen­te­ment du 8ème échelon, PFR pour les admi­nis­tra­tifs C, main­tien de la jour­née de carence…), malgré l’oppo­si­tion una­nime ou quasi una­nime des repré­sen­tants des per­son­nels et sans qu’aucune de leurs pro­po­si­tions ne soit accep­tée.

Si, sur la ques­tion des per­son­nels sociaux, le minis­tre a accédé à une demande de réu­nion de concer­ta­tion vive­ment récla­mée par les repré­sen­tants des per­son­nels, le texte ini­tial n’a nul­le­ment été modi­fié et les sou­haits des per­son­nels ont été reje­tés d’un bloc !

Ce qui prouve que, quel­les que soient les reven­di­ca­tions légi­ti­mes le minis­tre ne veut en aucun cas entrer dans une véri­ta­ble phase de négo­cia­tion avec les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les repré­sen­ta­ti­ves.

Par ailleurs, en ce qui concerne la ques­tion des moyens syn­di­caux, nous sommes tou­jours dans l’attente, hormis sur le projet de cir­cu­laire, des docu­ments affé­rents aux réu­nions pro­gram­mées pour les pro­chains jours. Décidément, les condi­tions d’un tra­vail sérieux et serein ne sont pas, non plus, réu­nies sur ce sujet qui est pour­tant d’une grande impor­tance.

Ce sont les rai­sons pour les­quel­les, nos orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les ont décidé de ne pas par­ti­ci­per à la réu­nion du Conseil commun de la Fonction publi­que prévu ce jour.

Paris, le 11 avril 2012