Accueil > Conditions de travail > Négocier pour améliorer la Qualité de Vie au Travail (QVT) de tous les (...)

Négocier pour améliorer la Qualité de Vie au Travail (QVT) de tous les agents

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 5 juin 2014

L’UNSA sera partie prenante de toute négociation visant à améliorer les conditions de travail des agents. Mais pour l’UNSA, c’est bien le rapport au travail qui doit changer et le rapport entre les acteurs du travail. Si la négociation s’ouvre elle doit avoir pour objectif de définir une nouvelle approche du travail, avec une implication des agents reconnue.

Mais l’UNSA a des exigences : avant de rentrer dans la négociation il faudra se mettre d’accord sur une définition partagée de ce que recouvre le concept QVT dans la fonction publique et d’en déterminer le périmètre et les enjeux pour tous les agents des trois versants de la fonction publique.
Cette étape reste encore à franchir lors de la prochaine réunion du 18 juin.

Pourquoi en arrive- t-on aujourd’hui à vou­loir négo­cier sur la qua­lité de vie au tra­vail ?
C’est le fruit du tra­vail syn­di­cal mené depuis plu­sieurs années avec notam­ment l’accord santé au tra­vail fonc­tion publi­que de 2009, l’accord sur la pré­ven­tion des RPS de 2013.
Au niveau inter­pro­fes­sion­nel, la QVT est un des conte­nus de l’ANI de juin 2013.
La pré­ven­tion des ris­ques pesant sur la santé phy­si­que et men­tale des agents est désor­mais prise en compte et fait partie des obli­ga­tions des employeurs publics.
L’admi­nis­tra­tion reconnait enfin l’effi­ca­cité de la démar­che pré­ven­tive qui tend à agir sur les déter­mi­nants des ris­ques, donc sur les condi­tions de tra­vail et l’enca­dre­ment est amené à accep­ter le fait qu’il y a un enjeu réel sur l’effi­ca­cité du ser­vice public en lien avec la qua­lité de l’emploi, du tra­vail et des condi­tions de tra­vail.
L’UNSA sera partie pre­nante de toute négo­cia­tion visant à amé­lio­rer les condi­tions de tra­vail des agents. Mais pour l’UNSA, c’est bien le rap­port au tra­vail qui doit chan­ger et le rap­port entre les acteurs du tra­vail. Si la négo­cia­tion s’ouvre elle doit avoir pour objec­tif de défi­nir une nou­velle appro­che du tra­vail, avec une impli­ca­tion des agents reconnue
La clef de voûte c’est un dia­lo­gue social de qua­lité qui intè­gre un droit d’expres­sion des agents sur l’ensem­ble des dimen­sions de leur vie au tra­vail, sans occulter le rôle des ins­tan­ces repré­sen­ta­ti­ves du per­son­nel (Comités tech­ni­ques et CHS Conditions de tra­vail)
Mais l’UNSA a des exi­gen­ces : avant de ren­trer dans la négo­cia­tion il faudra se mettre d’accord sur une défi­ni­tion par­ta­gée de ce que recou­vre le concept QVT dans la fonc­tion publi­que et d’en déter­mi­ner le péri­mè­tre et les enjeux pour tous les agents des trois ver­sants de la fonc­tion publi­que.
Cette étape reste encore à fran­chir.