Pas de profit sur la pandémie !

Pas de profit sur la pandémie !

Le 7 avril, nous célébrons la santé mondiale. La pandémie de COVID-19 nous a montré à quel point les services de santé et de soins sont essentiels à nos vies et à nos sociétés. La pandémie a également démontré que seuls les services de santé et d'aide sociale publics et à but non lucratif sont capables de faire face efficacement aux crises sanitaires majeures et, surtout, de garantir l'accessibilité à tous les citoyens, quel que soit leur statut économique. Finalement, la COVID-19 a montré que la santé et l'aide sociale sont des biens publics.


Les services publics peuvent garantir le droit aux soins pour tous. Ils peuvent assurer la préparation et la résilience des services de santé et de soins pour les futures urgences sanitaires. L'un des principaux enseignements tirés de la pandémie de COVID-19 est que, plus que jamais, nous devons protéger la santé et les soins de la commercialisation et de la privatisation. Personne ne devrait tirer profit de la pandémie.
En ce jour, Journée mondiale de la santé 2021, la Fédération Syndicale Européenne des Services Publics (FSESP-EPSU) appelle l'Union européenne et les pays européens à :
1. Protéger la santé en tant que bien public et interdire aux entreprises privées de tirer profit de la pandémie.
2. Œuvrer pour garantir un vaccin pour tous. La première étape cruciale consiste à introduire une " dérogation " aux droits de propriété intellectuelle sur le vaccin afin d'accélérer la production du vaccin et de le rendre accessible à tous les citoyens du monde.
3. accroître les investissements dans les systèmes de santé et d'aide sociale, garantir des effectifs suffisants et améliorer la sécurité et les conditions de travail, afin que les travailleurs sociaux et de santé puissent fournir des services de santé et d'aide sociale sûrs pour tous.

 

Un vaccin pour tous
 
Une "dérogation" aux droits de propriété intellectuelle pour les vaccins COVID-19 est nécessaire de toute urgence afin d'augmenter la production et l'accessibilité pour toutes les personnes dans le monde. Nous ne serons pas protégés contre le virus tant que la population mondiale ne sera pas vaccinée. L'intérêt public doit passer avant la protection des brevets et les profits des entreprises pharmaceutiques privées. L'UE et les gouvernements européens doivent prendre le contrôle de la production et de la distribution afin d'assurer la sécurité de tous. "Personne n'est en sécurité tant que tout le monde ne l'est pas".
 
Les applaudissements ne suffisent pas
 
En ce jour, nous applaudissons l'héroïsme des centaines de milliers de travailleurs de la santé et des services sociaux. Pendant plus d'un an, ils ont lutté contre le virus et protégé nos sociétés. Nous commémorons la mort d'un grand nombre de ces travailleurs, qui ont perdu la vie en protégeant celle des autres. Un récent rapport d'Amnesty International, préparé en collaboration avec la FSESP1 et ses affiliés, montre le nombre effroyable de décès liés au COVID-19 parmi les travailleurs de la santé et des services sociaux, ainsi que le manque de transparence dans de nombreux pays en ce qui concerne l'enregistrement et la déclaration de ces décès.
Nous sommes très préoccupés par le manque de données sur les progrès de la vaccination des travailleurs de la santé et des services sociaux dans de nombreux pays, y compris dans l'UE2. Les gouvernements doivent être plus transparents en fournissant des informations sur les décès liés au COVID-19 et sur les progrès de la vaccination parmi les travailleurs de la santé et des services sociaux.
Les applaudissements et les commémorations ne suffisent pas. Depuis des années, la FSESP et ses affiliés soulèvent la question du manque de personnel et des bas salaires dans les secteurs de la santé et des services sociaux, en particulier pour le personnel soignant. L'UE et les gouvernements européens doivent augmenter les salaires et améliorer les conditions de travail, notamment en ce qui concerne la santé et la sécurité au travail. Bien qu’il ait été répondu au manque d'équipements de protection individuelle (EPI), il est urgent de s'attaquer aux niveaux croissants de stress et d'épuisement professionnel parmi les travailleurs sociaux et de santé. Beaucoup sont épuisés et envisagent de plus en plus de quitter la profession. Il est urgent de garantir des niveaux de dotation en personnel adéquats. À la suite de crises précédentes, comme la crise financière de 2008, les effectifs ont diminué en raison des coupes budgétaires dans le secteur public et du sous-investissement persistant. L'amélioration des conditions de travail est cruciale si l'on veut que les secteurs de la santé publique et de l'aide sociale survivent à la pandémie et deviennent un secteur attrayant pour les prochaines générations de travailleurs de la santé et des soins.
 
Le travail des soignants et de tous ceux qui travaillent dans le secteur de la santé au travail, dont la majorité sont des femmes, devrait être reconnu par des salaires plus élevés, de meilleures conditions de travail, une meilleure santé et sécurité et des effectifs suffisants. 


(1) https://www.epsu.org/article/covid-19-death-toll-health-and-care-workers-continues-rise

(2) https://qap.ecdc.europa.eu/public/extensions/COVID-19/vaccine-tracker.html#target-group-tab 

 

/
Santépandémiecovid-19
En savoir plus /
Temps de lecture : 3 min.
Temps de lecture : 2 min.
Temps de lecture : 1 min.
Temps de lecture : 1 min.
Temps de lecture : 1 min.
Temps de lecture : 6 min.