DDI : des ordres et désordre

DDI : des ordres et désordre

Après une année 2020 éprouvante pour tout le monde de par la poursuite de la réforme de l'organisation territoriale de l'Etat malgré la crise sanitaire, le Comité Technique des DDI du 21 octobre a clôturé une année 2021 à nouveau très déstabilisante pour les directions départementales interministérielles.

 

L'UNSA demande au Gouvernement de cesser son acharnement sur les DDI, contraire à ses engagements affichés de "réarmement de l'État territorial".

 


La conjonction de deux réformes, celle créant les secrétariats généraux communs et celle créant les DDETS-(PP), a précipité les DDI et leurs agents vers toujours plus d'incertitudes et de difficultés de fonctionnement.
 
Ces restructurations viennent se greffer sur une situation déjà compliquée, faite d’une pénurie d'effectifs, de complexification du travail et d'un besoin croissant de service public.
 
Quel dommage que les alertes des organisations syndicales et notamment celles de l'UNSA, n'aient pas été entendues ! C'est dorénavant aux agents et à l'encadrement de « bricoler » en local pour colmater les brèches d'une réforme pas suffisamment préparée. Dans ce contexte de conditions de travail dégradées, l'UNSA a tenu, à l'occasion de ce comité technique, à rendre à nouveau hommage à leur engagement et leur résilience.
 
Malgré le manque de prise en compte de nos alertes, nous continuons d'être force de propositions :
 
Pour l’UNSA, les comités de suivis nationaux (SGC et DDETS-(PP)) ont atteint leurs limites et c'est au niveau local, au plus proche du terrain, qu'il faut désormais régler les nombreux problèmes induits par les réformes. C'est pourquoi nous réitérons notre demande de comités de suivis locaux, dans chaque département, afin d'utiliser au mieux le dialogue social comme pourvoyeur de solutions, au bénéfice du service public et des agents.
 
Les agents et leur encadrement ne pourront indéfiniment continuer d'exercer leurs missions dans un climat d'instabilité sans cesse répété. A ce titre, le tout récent PSATE (Plan Stratégique pour l’Administration Territoriale de l’État), initié par le ministère de l'intérieur, n'est pas pour rassurer les agents et leurs représentants. La forte hausse des risques psycho-sociaux doit être sérieusement appréhendée et une veille renforcée doit être mise en place dans les DDI.
 
C'est pourquoi nous demandons et demanderons, encore demain, une pause dans les réformes et une bifurcation vers le «monde d'après» tant promis pendant la crise du COVID. Un monde dans lequel la fonction publique déconcentrée, soutenue par l'interministérialité mais forte de ses cultures ministérielles, soit suffisamment reconnue et pourvue en effectifs pour défendre l'intérêt général face à toutes les crises.
 

/
territoireddiote
En savoir plus /
Temps de lecture : 1 min.
Temps de lecture : 1 min.
Temps de lecture : 3 min.
Temps de lecture : 2 min.
Temps de lecture : 4 min.