Accueil > Actualités > Télétravail, les agents publics ne doivent pas être laissés pour (...)

Télétravail, les agents publics ne doivent pas être laissés pour compte

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 1er octobre 2020

L’UNSA Fonction Publique demande au gouvernement d’ouvrir une négociation sur le télétravail et le travail à distance.

La crise sani­taire a accé­léré le déve­lop­pe­ment du télé­tra­vail bien au-delà des cadres impar­tis. Cette expé­rience, dictée par l’urgence, doit être un vec­teur pour recen­ser les besoins d’enca­dre­ment du télé­tra­vail dans une pers­pec­tive de qua­lité de vie au tra­vail. La pro­tec­tion de la santé phy­si­que et psy­chi­que des sala­riés et agents doit être une prio­rité.

Pour l’UNSA, c’est dans cette pers­pec­tive que les par­te­nai­res sociaux doi­vent modi­fier l’Accord National Interprofessionnel sur le télé­tra­vail signé en juillet 2005 en tirant les ensei­gne­ments de cette expé­ri­men­ta­tion à grande échelle. La crise sani­taire a en effet révélé les failles et les besoins dans ce domaine.

Pour l’UNSA Fonction Publique, les 5 mil­lions d’agents publics doi­vent également pou­voir béné­fi­cier d’avan­cées dans ce domaine dans le cadre d’une négo­cia­tion col­lec­tive avec les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les repré­sen­ta­ti­ves de la Fonction publi­que. Le dia­lo­gue social et la négo­cia­tion doi­vent per­met­tre de cla­ri­fier les droits et les devoirs des employeurs et les condi­tions de mise en œuvre du télé­tra­vail, au-delà des textes publiés, dont l’appli­ca­tion est par ailleurs très iné­gale.

L’ouver­ture d’une telle négo­cia­tion dans la fonc­tion publi­que doit débou­cher sur un accord, néces­saire pour atté­nuer les effets néga­tifs du télé­tra­vail et pour en faire une véri­ta­ble source d’auto­no­mie pour les agents publics.

Pour l’UNSA Fonction Publique, ce nouvel accord devra notam­ment abor­der le droit à la déconnexion pour les agents de la fonc­tion publi­que et ses moda­li­tés de mise en œuvre, les usages des outils numé­ri­ques qui doi­vent être régu­lés en asso­ciant sys­té­ma­ti­que­ment les uti­li­sa­teurs. La vie privée des agents doit être pro­té­gée et les don­nées sécu­ri­sées. Le col­lec­tif doit être pré­servé, de nom­breux postes de tra­vail sont à amé­na­ger et, au vu de l’inten­si­fi­ca­tion du tra­vail induite par la trans­for­ma­tion numé­ri­que, une mesure de la charge de tra­vail plus adap­tée que celle du temps de tra­vail doit être inté­grée, les acteurs du réseau de pré­ven­tion doi­vent être formés, etc. Enfin, le télé­tra­vail est un véri­ta­ble levier en faveur de l’égalité pro­fes­sion­nelle entre les femmes et les hommes, en amé­lio­rant l’arti­cu­la­tion vie pro­fes­sion­nelle vie privée.

Le seul GT Télétravail pro­grammé le 1er octo­bre sur le mana­ge­ment du télé­tra­vail n’est pas à même de répon­dre à l’ensem­ble de ces enjeux essen­tiels pour les agents. De plus, la négo­cia­tion sur la qua­lité de vie au tra­vail ne figure plus à l’agenda social.

C’est pour­quoi l’UNSA Fonction Publique demande la mise en place d’une négo­cia­tion avec un accord sur le télé­tra­vail et le tra­vail à dis­tance dans la fonc­tion publi­que.

Bagnolet, le 1er octo­bre
Luc Farré
Secrétaire Général de l’UNSA Fonction Publique