Accueil > Actualités > Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie : l’UNSA (...)

Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie : l’UNSA mobilisée.

Facebook Twitter LinkedIn
vendredi 17 mai 2019

Depuis 2005, le 17 mai est la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. L’UNSA réaffirme ainsi ce jour, son engagement contre les LGBTphobies au quotidien et en faveur de l’égalité des droits.

Cette date sym­bo­li­que rap­pelle la déci­sion prise par l’OMS le 17 mai 1990 de ne plus consi­dé­rer l’homo­sexua­lité comme une mala­die. Pourtant, même si la situa­tion s’est gran­de­ment amé­lio­rée pour les per­son­nes LGBT+ en près de 20 ans, grâce à l’évolution de la légis­la­tion et aux actions des asso­cia­tions, les LGBTphobies décom­plexées per­du­rent en France, comme le signa­lent les asso­cia­tions mais aussi plu­sieurs enquê­tes publiées ces der­niers jours.
A titre d’exem­ple, en 2018 le minis­tère de l’inté­rieur enre­gis­tre + 34,3 % d’infrac­tions à carac­tère homo­phobe et SOS-Homophobie observe sur la même période + 42 % de témoi­gna­ges d’agres­sions par rap­port à l’année pré­cé­dente. Cette pro­blé­ma­ti­que est par­ti­cu­liè­re­ment impor­tante à l’école et pour les jeunes LGBT+, qui enre­gis­trent tou­jours un taux de sui­cide impor­tant.

La lutte contre les LGBTphobies dans la réso­lu­tion géné­rale du 7ème congrès de l’UNSA :

Dans sa réso­lu­tion géné­rale de congrès de Rennes, adop­tée en avril der­nier et fixant les orien­ta­tions de l’orga­ni­sa­tion pour les 4 pro­chai­nes années, l’UNSA a tenu à mar­quer son enga­ge­ment dans la lutte contre les LGBTphobies.

En tant qu’orga­ni­sa­tion syn­di­cale, l’UNSA refuse que cer­tain.e.s se retrou­vent en situa­tion de dis­cri­mi­na­tion sur leur lieu de tra­vail et milite pour une égalité en droits et un cadre de tra­vail inclu­sif pour les per­son­nes LGBT+.

A ce titre, l’UNSA agit concrè­te­ment depuis plus d’un an avec la mise en place d’un groupe de tra­vail LGBT+, de for­ma­tions natio­nale et régio­na­les ainsi que la par­ti­ci­pa­tion à de nom­breu­ses mar­ches des fier­tés.

L’UNSA sera ainsi pré­sente dès le 18 mai à la Marche des fier­tés d’Angers, puis à celles de Toulouse, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Biarritz, Paris, Marseille et Montpellier.

L’UNSA conti­nuera à sen­si­bi­li­ser et former ses adhé­rent.e.s et ses mili­tant.e.s afin d’être en capa­cité d’accom­pa­gner les tra­vailleu­ses et tra­vailleurs se retrou­vant en situa­tion de har­cè­le­ment et/ou de dis­cri­mi­na­tion LGBTphobes dans leur emploi.