Accueil > Actualités > Une mission sur l’apprentissage dans la Fonction publique

Une mission sur l’apprentissage dans la Fonction publique

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 19 janvier 2015

Jacky Richard, a été missionné pour présenter un plan de développement de l’apprentissage dans la Fonction publique notamment à l’Etat. L’UNSA n’y est pas opposée si des principes fondamentaux sont respectés.

Conformément aux annon­ces faites lors de la Grande confé­rence sociale par le pré­si­dent de la République, une mis­sion sur le déve­lop­pe­ment de l’appren­tis­sage dans la Fonction publi­que a été confiée à Jacky Richard, Conseiller d’Etat.
Deux volets dif­fé­rents dans la mis­sion :

  • coordonner le plan de développement de l’apprentissage dans la FP de l’État (et recherches de cohérence ou d’analyse des freins) avec les deux autres versants ;
  • faire des propositions pour que l’apprentissage — avec ses caractéristique de droit commun (Code du travail) — puisse préparer (mais non se substituer) à l’accès à la FP. L’apprentissage n’est pas un pré-recrutement.
    L’objectif est d’atteindre 4000 apprentis de plus à la rentrée 2015 à l’Etat et 6000 supplémentaires en septembre 2016. L’objectif étant d’avoir 10 000 apprentis de manière pérenne en FPE.

L’UNSA Fonction publi­que a rap­pelé qu’elle n’avait pas de pré­ven­tion par­ti­cu­lière contre la diver­si­fi­ca­tion des par­cours de for­ma­tion sous réserve que des prin­ci­pes soient res­pec­tés. La confir­ma­tion par le gou­ver­ne­ment que l’appren­tis­sage est une voie de for­ma­tion et non de recru­te­ment par sub­sti­tu­tion au concours est posi­tive. De même, la non-prise en compte des appren­tis dans les pla­fonds d’emplois est également impor­tante.
Pour autant, deux dif­fi­cultés sub­sis­tent et méri­tent l’atten­tion. La sub­ven­tion du dis­po­si­tif est ponc­tuelle. Il n’est pas pos­si­ble d’impac­ter plus les cré­dits à l’Etat sans avoir un effet néga­tif sur l’emploi. Rien n’est prévu sur les deux ver­sants hos­pi­ta­liers et ter­ri­to­riaux alors que les cré­dits bais­sent du fait de l’ONDAM d’une part, de la dimi­nu­tion des dota­tions aux col­lec­ti­vi­tés d’autre part.
Une bonne for­ma­tion sup­pose des maî­tres d’appren­tis­sage formés, dis­po­ni­bles et reconnus. Il est donc impor­tant de trou­ver les moyens d’amé­na­ger leurs ser­vi­ces : appren­dre à faire est plus long que faire…
L’arti­cu­la­tion avec la for­ma­tion ini­tiale est une néces­sité. La mise en œuvre rapide au 1er sep­tem­bre 2015 pose la ques­tion des capa­ci­tés d’accueil res­tan­tes dans les unités de for­ma­tion par appren­tis­sage.
L’UNSA Fonction publi­que, en arti­cu­la­tion avec l’UNSA, par­ti­ci­pera acti­ve­ment aux pro­chains rendez-vous.