Accueil > Action sociale > Un CIAS très budgétaire

Un CIAS très budgétaire

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 2 juillet 2015

Lors du débat budgétaire, l’UNSA est intervenue pour étendre et revaloriser les prestations existantes. Le CIAS a ensuite voté son règlement intérieur et celui des SRIAS (Section Régionale Interministérielles d’Action Sociale).

A retenir : pas de modification ni de l’organisation, ni du fonctionnement des SRIAS en 2016 dans les régions fusionnées.

Traditionnellement, le CIAS de juillet est consa­cré à l’étude et au suivi des bud­gets.
121 mil­lions d’euros pour 2015 qu’il faut com­pa­rer avec le budget réel­le­ment uti­lisé en 2014 : 116,4 mil­lions d’euros. L’UNSA sou­haite sa pro­gres­sion pour 2016.

Améliorer les pres­ta­tions
Les inter­ven­tions de l’UNSA ont donc porté sur la façon d’uti­li­ser, dans le contexte actuel, l’enve­loppe finan­cière dans son entier afin de ren­for­cer les pres­ta­tions exis­tan­tes et d’en faire béné­fi­cier le plus grand nombre d’agents.
L’UNSA pro­pose :

  • Une analyse fine de tous les barèmes avec une réévaluation des revenus fiscaux de référence pour chaque prestation en particulier le CESU-« garde d’enfant »
  • Une augmentation de l’AIP (aide à l’installation des personnels)
  • Une nouvelle étude spécifique du dispositif des chèques vacances, car malgré les dernières mesures, peu de fonctionnaires utilisent cette possibilité.

De plus, l’UNSA demande une reva­lo­ri­sa­tion signi­fi­ca­tive des Prestations Interministérielles (PIM) comme la pres­ta­tion repas ou l’aide au séjour d’enfant en centre de vacan­ces ou de loi­sirs pour 2016.

Suite à nos deman­des, un groupe de tra­vail va être mis en place, étape néces­saire pour pou­voir amé­lio­rer ces dis­po­si­tifs.

Aide au Maintien à Domicile, tou­jours une reven­di­ca­tion
L’UNSA est revenu sur l’aide au main­tien à domi­cile (AMD) des agents retrai­tés de la fonc­tion publi­que, une nou­velle fois, en deman­dant l’ouver­ture de nou­vel­les tran­ches de barème à l’iden­ti­que des sala­riés du privé. Suite à notre ques­tion­ne­ment, la DGAFP a annoncé une esti­ma­tion de l’ordre de 30 mil­lions d’euros pour le coût de cette exten­sion.

Améliorer l’accès aux crè­ches
Enfin, l’UNSA a sou­haité qu’une étude pré­cise de la répar­ti­tion des places en crèche et des taux d’occu­pa­tion soit réa­li­sée afin d’en amé­lio­rer la ges­tion.

Augmenter le budget de l’action sociale pour 2016

La pré­vi­sion des dépen­ses pour 2016 pré­sen­tée s’élève à 125 mil­lions d’euros. L’UNSA sou­haite que le budget 2016 puisse attein­dre ce mon­tant, confir­mant le choix de main­te­nir une forme de prio­rité à l’action sociale après la forte baisse de 2014.

L’UNSA estime que tous les agents de la fonc­tion publi­que doi­vent pou­voir béné­fi­cier d’actions socia­les.
En jan­vier 2016, 29 établissements vont rejoin­dre le péri­mè­tre de l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle, repré­sen­tant plus de 43 600 agents parmi les­quels on trouve l’OFPRA, des parcs natio­naux, l’ENTPE, le CNED...

Une confir­ma­tion
Un nou­veau cycle de négo­cia­tion sur l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle devrait débu­ter à l’automne 2015.