Accueil > Actualités > La précarité ne doit pas être un principe de gestion

La précarité ne doit pas être un principe de gestion

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 4 juin 2018

Dans une communication au Sénat, la Cour des Comptes s’exprime sur le recours croisant aux contractuels dans l’Education nationale. Par-delà des problèmes spécifiques à ce ministère et à ses missions, elle remet en cause les grandes évolutions survenues en faveur des contractuels. Sa prise de position est inquiétante au moment où le gouvernement ouvre ce chantier.

La Cour fait un cons­tat : avec 203 000 per­son­nes, les contrac­tuels repré­sen­tent aujourd’hui un emploi sur cinq au MEN. Elle pointe des recru­te­ments mal maî­tri­sés et le défi­cit de for­ma­tion des agents concer­nés que l’UNSA Fonction Publique a lar­ge­ment sou­li­gné depuis plu­sieurs années.

Elle affirme « la sécu­ri­sa­tion du recours aux agents contrac­tuels rigi­di­fie leur ges­tion ». Pour elle, l’amé­lio­ra­tion des condi­tions d’emploi ou encore l’accès à la CDIsation sont des obs­ta­cles à la néces­saire sou­plesse de ges­tion qui doit accom­pa­gner la qua­lité de contrac­tuel … Tous éléments qui avaient été obte­nus dans l’accord Sauvadet, notam­ment par l’UNSA FP.
Ce serait un véri­ta­ble retour en arrière et une dégra­da­tion impor­tante de la situa­tion des contrac­tuels si ces recom­man­da­tions étaient sui­vies.

En revan­che, l’atten­tion qu’elle porte à la situa­tion de caté­go­ries voi­si­nes (contrac­tuels en CDI et titu­lai­res) et aux consé­quen­ces en termes de ges­tion des res­sour­ces humai­nes est loua­ble.

Alors que se sont ouver­tes, à l’ini­tia­tive du gou­ver­ne­ment, des dis­cus­sions sur le recours accru aux contrac­tuels, l’UNSA FP réaf­firme son atta­che­ment aux droits de tous les per­son­nels et son refus de voir la pré­ca­rité érigée en prin­cipe de ges­tion.


Voir en ligne : Cour des Comptes : le recours croissant aux personnels contractuels dans l’Education Nationale