UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > Conditions de travail > Journée de carence dans la Fonction publique : communiqué intersyndical

Journée de carence dans la Fonction publique : communiqué intersyndical

15 février 2012

Enregistrer au format PDF

14 février 2012 : un communiqué intersyndical, relatif à la journée de carence imposée dans la Fonction publique, a été lu ce jour, à l’ouverture de la réunion organisée par la DGAFP en vue d’une présentation de la circulaire Fonction publique relative à la journée de carence.

Le gou­ver­ne­ment a, malgré l’oppo­si­tion una­nime des orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les mises devant le fait accom­pli, décidé l’ins­tau­ra­tion d’une jour­née de carence dans la Fonction publi­que. Elle s’appli­que au 1er jan­vier 2012 pour les agents publics, les fonc­tion­nai­res et agents non titu­lai­res de droit public, placés en congé de mala­die ordi­naire.

Dès l’annonce de cette mesure, nos orga­ni­sa­tions l’ont dénon­cée et demandé son retrait.

En effet, cette dis­po­si­tion va péna­li­ser dure­ment les agents de la Fonction publi­que contraints à congés mala­die sur pres­crip­tion médi­cale. Ils subi­ront de fait, une baisse de salai­res comme s’ils étaient « cou­pa­bles d’être mala­des ». Cette nou­velle ampu­ta­tion de leur pou­voir d’achat vien­dra s’ajou­ter à celles, déjà sans pré­cé­dent, dues au gel de la valeur du point, à l’aug­men­ta­tion des coti­sa­tions pour les pen­sions…

Il s’agit bien d’une nou­velle atteinte au statut des fonc­tion­nai­res, garant de l’égalité de trai­te­ment et d’une volonté de stig­ma­ti­ser les agents de la fonc­tion publi­que dont l’enga­ge­ment pro­fes­sion­nel permet de faire vivre le ser­vice public dans des condi­tions pour­tant par­fois dif­fi­ci­les.

Si le gou­ver­ne­ment entend réduire les congés de mala­die, nos orga­ni­sa­tions consi­dè­rent qu’il lui fau­drait plutôt agir sur les condi­tions de tra­vail et le ren­for­ce­ment de la méde­cine de pré­ven­tion dans le cadre, notam­ment, de la méde­cine du tra­vail.

Les orga­ni­sa­tions CFTC, CFDT, CGC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA deman­dent solen­nel­le­ment au gou­ver­ne­ment de renon­cer à cette mesure autant injuste qu’inef­fi­cace.

Paris le 14 février 2012