Accueil > Actualités > Frais de déplacement et de mission : l’UNSA écrit à Gérald Darmanin

Frais de déplacement et de mission : l’UNSA écrit à Gérald Darmanin

Facebook Twitter LinkedIn
vendredi 2 mars 2018

Lors du rendez-vous sala­rial d’octo­bre, le minis­tre de l’action et des comp­tes publics s’est engagé à ouvrir le chan­tier des frais de dépla­ce­ment et de mis­sion, répon­dant ainsi aux deman­des répé­tées de l’UNSA depuis plu­sieurs années.
Après la tenue d’une pre­mière réu­nion très déce­vante dans ses ambi­tions, l’UNSA Fonction publi­que saisit le minis­tre pour abou­tir à une reva­lo­ri­sa­tion de l’ensem­ble des taux des indem­ni­tés concer­nées.

Les prises en charge tota­les ou par­tiel­les de ces dépen­ses sont de plus en plus éloignées de la réa­lité des coûts engen­drés par les dépla­ce­ments des agents publics, qu’il s’agisse de frais résul­tant d’une mis­sion, d’un inté­rim, d’une tour­née ou encore d’un stage.

Suite à la pre­mière réu­nion d’échanges qui s’est tenue avec la DGAFP le 30 jan­vier der­nier, comme elle a eu l’occa­sion de le faire le 15 février auprès d’Olivier Dussopt, l’UNSA Fonction publi­que alerte le minis­tre de l’action et des comp­tes publics, Gérald Darmanin, sur la portée de la concer­ta­tion enga­gée.

En effet, la DGAFP a d’ores et déjà laissé enten­dre que, si les dif­fi­cultés en matière d’héber­ge­ment pou­vaient faire l’objet de pro­po­si­tions d’amé­lio­ra­tion, il n’était à ce stade pas envi­sagé de réé­va­luer les niveaux de rem­bour­se­ment des repas et indem­ni­tés kilo­mé­tri­ques.

Or, pour l’UNSA, ce chan­tier doit cou­vrir, sans que soit posé un quel­conque préa­la­ble, l’ensem­ble des sujets, y com­pris ceux qu’elle sou­haite inclure comme la prise en compte de la situa­tion de han­di­cap, la ques­tion des condi­tions stric­tes d’heures de mis­sion, celle de la prise en charge des petits déjeu­ners dans les cas concer­nés, ou encore l’appli­ca­tion atten­due de l’indem­nité kilo­mé­tri­que vélo.

L’UNSA défend les inté­rêts des agents à tous les niveaux en consi­dé­rant que leur quo­ti­dien pro­fes­sion­nel, trop sou­vent dégradé, doit être amé­lioré sur tous les plans.