Accueil > Action sociale > Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (...)

Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP)

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 15 mars 2012

14 mars 2012 - Comité national du FIPHFP : triple peine pour les travailleurs handicapés
de la Fonction publique !

Lors de la séance du 14 mars 2012 du comité natio­nal du FIPHFP, les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les dont l’UNSA fonc­tion publi­que, les asso­cia­tions et les repré­sen­tants des employeurs publics ont rejeté una­ni­me­ment les pro­po­si­tions conte­nues dans la nou­velle conven­tion d’objec­tifs et de ges­tion pour 2012-2013.

Sur la base d’un audit réa­lisé en 2011, qui a mis en évidence la néces­sité d’aug­men­ter les moyens du FIPHFP pour faire face à la montée en charge impor­tante de son acti­vité (mis­sions actuel­les et char­ges sup­plé­men­tai­res consé­cu­ti­ves à la Conférence du Handicap de 2011 en matière d’acces­si­bi­lité et d’appren­tis­sage), le Comité National avait évalué ses besoins pour 2012 à 14.7 M€ et pour 2013 à 15.3 M €.

Revus à la baisse suite aux arbi­tra­ges minis­té­riels avec res­pec­ti­ve­ment 12M€ et 11.8M€, ils ne per­met­tent pas au FIPHFP de rem­plir ses mis­sions actuel­les et futu­res, comme la mise en œuvre pro­chaine de la loi Blanc per­met­tant la sai­sine directe du fonds.

Les tra­vailleurs han­di­ca­pés des trois ver­sants de la fonc­tion publi­que ne doi­vent pas faire les frais de cette poli­ti­que guidée par le strict prin­cipe de l’appli­ca­tion de la RGPP. Ils sont en effet vic­ti­mes :

  • de la baisse des recrutements dans la fonction publique par la suppression d’un poste sur deux libéré par départs à la retraite ;
  • du désengagement progressif de l’État de ses responsabilités dans le suivi des demandeurs d’emploi handicapés ;
  • et maintenant de l’absence de moyens suffisants accordés au FIPHFP pour remplir ses missions.

Les agents de la fonc­tion publi­que confron­tés au han­di­cap ne doi­vent pas subir cette triple peine !

Les trois col­lè­ges, orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les dont l’UNSA fonc­tion publi­que, les asso­cia­tions et les repré­sen­tants des employeurs, ont donc voté una­ni­me­ment le rejet des pro­po­si­tions d’arbi­trage ren­dues par le pre­mier minis­tre, insuf­fi­san­tes pour per­met­tre au FIPHFP de rem­plir plei­ne­ment les mis­sions qui lui ont été confiées par la loi de 2005.

Une motion una­nime des trois col­lè­ges, refu­sant cette COG, a d’ailleurs été adop­tée lors de cette séance, qu’ils ont quit­tée à l’issue de ce vote.

Par ailleurs ils ont décidé de rendre publi­que une décla­ra­tion com­mune par voie de com­mu­ni­qué de presse (voir docu­men­ta­tion liée).