UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > Action sociale > Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (...)

Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) : sortir du blocage

5 juillet 2012

Enregistrer au format PDF

Le 28 juin 2012, les trois collèges, organisations syndicales, associations et employeurs, quittent la séance du Comité national du FIPHFP.

Pour la troi­sième fois, les mem­bres des trois col­lè­ges du comité natio­nal du FIPHFP, réuni le 28 juin der­nier, ont réagi sur la situa­tion bud­gé­taire, blo­quée, depuis les conclu­sions de l’évaluation rendue par un cabi­net d’audit.

La néces­sité d’aug­men­ter les moyens humains et tech­ni­ques sur les finan­ces pro­pres du fonds avait été confir­mée dans le cadre d’une conven­tion d’objec­tifs et de ges­tion avec la caisse des dépôts pour per­met­tre au FIPHFP de rem­plir ses mis­sions.

Aussi, suite à une décla­ra­tion, ont-ils quitté la séance du comité natio­nal du 28 juin der­nier pour deman­der un réexa­men de la situa­tion et un nouvel arbi­trage.

Ces orien­ta­tions ont comme objec­tif d’amé­lio­rer :
- Le tra­vail des délé­gués inter-régio­naux au han­di­cap, véri­ta­bles che­villes ouvriè­res du FIPHFP en région ;
- Le suivi de plus d’une cen­taine de conven­tions au plan natio­nal et local via les comi­tés locaux, qui devrait libé­rer un finan­ce­ment sup­plé­men­taire de 45 mil­lions d’€ ;
- Le pôle sta­tis­ti­ques, budget et pilo­tage ;
- Le trai­te­ment de 250 conten­tieux de recou­vre­ment ;
- La réponse aux appels télé­pho­ni­ques par le ges­tion­naire qui est évaluée à envi­ron un peu plus de ½ faute de moyens ;
- Le contrôle interne et la maî­trise d’ouvrage infor­ma­ti­que qui per­met­traient des gains de pro­duc­ti­vité.

Suite à cette réac­tion, le pré­si­dent du FIPHFP a été audi­tionné le jour même par la minis­tre délé­guée aux per­son­nes han­di­ca­pées.

Un cour­rier a été adressé également, par les mem­bres des trois col­lè­ges, au pre­mier minis­tre, à la minis­tre de la Fonction publi­que et à la minis­tre délé­guée aux per­son­nes han­di­ca­pées.

Pour l’UNSA Fonction publi­que, il est urgent de mettre fin à ce blo­cage. Nous dénon­çons l’impact de ces orien­ta­tions sur les tra­vailleurs han­di­ca­pés des trois ver­sants de la Fonction publi­que, vic­ti­mes :
- De la baisse des recru­te­ments dans la fonc­tion publi­que par la sup­pres­sion d’un poste sur deux libéré par départs à la retraite ;
- Du désen­ga­ge­ment pro­gres­sif de l’État de ses res­pon­sa­bi­li­tés dans le suivi des deman­deurs d’emploi han­di­ca­pés ;
- De l’absence de moyens suf­fi­sants accor­dés au FIPHFP pour rem­plir ses mis­sions.

Voir en docu­men­ta­tion liée :
- cour­rier adressé au Premier minis­tre, à la minis­tre de la Fonction publi­que et à la minis­tre délé­guée aux per­son­nes han­di­ca­pées
- décla­ra­tion des membre du comité natio­nal du FIPHFP faite en séance
- com­mu­ni­qué de presse du 14 mars der­nier dénon­çant l’impact de cette situa­tion à l’égard des tra­vailleurs han­di­ca­pés de la fonc­tion publi­que