Accueil > Action sociale > Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (...)

Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) : sortir du blocage

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 5 juillet 2012

Le 28 juin 2012, les trois collèges, organisations syndicales, associations et employeurs, quittent la séance du Comité national du FIPHFP.

Pour la troi­sième fois, les mem­bres des trois col­lè­ges du comité natio­nal du FIPHFP, réuni le 28 juin der­nier, ont réagi sur la situa­tion bud­gé­taire, blo­quée, depuis les conclu­sions de l’évaluation rendue par un cabi­net d’audit.

La néces­sité d’aug­men­ter les moyens humains et tech­ni­ques sur les finan­ces pro­pres du fonds avait été confir­mée dans le cadre d’une conven­tion d’objec­tifs et de ges­tion avec la caisse des dépôts pour per­met­tre au FIPHFP de rem­plir ses mis­sions.

Aussi, suite à une décla­ra­tion, ont-ils quitté la séance du comité natio­nal du 28 juin der­nier pour deman­der un réexa­men de la situa­tion et un nouvel arbi­trage.

Ces orien­ta­tions ont comme objec­tif d’amé­lio­rer :

  • Le travail des délégués inter-régionaux au handicap, véritables chevilles ouvrières du FIPHFP en région ;
  • Le suivi de plus d’une centaine de conventions au plan national et local via les comités locaux, qui devrait libérer un financement supplémentaire de 45 millions d’€ ;
  • Le pôle statistiques, budget et pilotage ;
  • Le traitement de 250 contentieux de recouvrement ;
  • La réponse aux appels téléphoniques par le gestionnaire qui est évaluée à environ un peu plus de ½ faute de moyens ;
  • Le contrôle interne et la maîtrise d’ouvrage informatique qui permettraient des gains de productivité.

Suite à cette réac­tion, le pré­si­dent du FIPHFP a été audi­tionné le jour même par la minis­tre délé­guée aux per­son­nes han­di­ca­pées.

Un cour­rier a été adressé également, par les mem­bres des trois col­lè­ges, au pre­mier minis­tre, à la minis­tre de la Fonction publi­que et à la minis­tre délé­guée aux per­son­nes han­di­ca­pées.

Pour l’UNSA Fonction publi­que, il est urgent de mettre fin à ce blo­cage. Nous dénon­çons l’impact de ces orien­ta­tions sur les tra­vailleurs han­di­ca­pés des trois ver­sants de la Fonction publi­que, vic­ti­mes :

  • De la baisse des recrutements dans la fonction publique par la suppression d’un poste sur deux libéré par départs à la retraite ;
  • Du désengagement progressif de l’État de ses responsabilités dans le suivi des demandeurs d’emploi handicapés ;
  • De l’absence de moyens suffisants accordés au FIPHFP pour remplir ses missions.

Voir en docu­men­ta­tion liée :

  • courrier adressé au Premier ministre, à la ministre de la Fonction publique et à la ministre déléguée aux personnes handicapées
  • déclaration des membre du comité national du FIPHFP faite en séance
  • communiqué de presse du 14 mars dernier dénonçant l’impact de cette situation à l’égard des travailleurs handicapés de la fonction publique