Accueil > Actualités > Des avancées significatives pour les IADE

Des avancées significatives pour les IADE

Facebook Twitter LinkedIn
mercredi 25 janvier 2017

La seconde réunion sur l’avenir et la rémunération des IADE (infirmier anesthésiste diplômé d’état) s’est tenue le 25 janvier 2017 au ministère de la Fonction Publique.

De nouvelles propositions ont été formulées qui peuvent permettre d’améliorer la rémunération mensuelle de tous les IADE.
Pour que toutes ces mesures puissent s’appliquer, il faut que d’autres organisations syndicales rejoignent l’UNSA et acceptent le relevé de conclusions.

Après dis­cus­sion, les der­niè­res pro­po­si­tions mises sur la table par les cabi­nets du minis­tère de la Santé et du minis­tère de la Fonction Publique se tra­dui­sent par :

  • La création d’un nouveau corps d’infirmier anesthésiste avec des grilles de rémunération correspondant aux grades actuels des IADE. Elles seront revalorisées selon le processus PPCR dont la fin de la mise en œuvre serait avancée au 1er septembre 2018 au lieu du 1er janvier 2019.
  • La prime actuelle de 120€ pourrait être portée à 180€ soit 60 euros mensuel de plus !
  • Une Nouvelle Bonification Indiciaire (NBI) de 15 points serait attribuée et prise en compte au moment du départ en retraite dans le calcul de la pension, au prorata du temps où elle aura été perçue.
  • Les infirmiers ayant opté pour rester en catégorie active bénéficieraient de la NBI et de l’augmentation de la prime.

L’UNSA Fonction Publique et l’UNSA Santé Sociaux esti­ment que ces pro­po­si­tions, sans être suf­fi­san­tes, sont une pre­mière étape à la reva­lo­ri­sa­tion tant finan­cière qu’attrac­tive du métier d’infir­mier anes­thé­siste. Elles sont meilleu­res que celles for­mu­lées mais non actées en octo­bre 2016 et le 12 jan­vier 2017.

L’UNSA Fonction Publique et l’UNSA Santé Sociaux cons­ta­tent qu’elles per­met­tront une aug­men­ta­tion men­suelle supé­rieure à 180€ à la fin de la reva­lo­ri­sa­tion liée à PPCR. Cette hausse n’est pas négli­gea­ble dans le contexte économique actuel.

L’UNSA Fonction Publique et l’UNSA Santé Sociaux sont favo­ra­bles à la mise en œuvre de ces dis­po­si­tions le plus rapi­de­ment pos­si­ble.

Pour que toutes ces mesu­res puis­sent s’appli­quer, il fau­drait qu’à l’instar de l’UNSA d’autres orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les accep­tent le relevé de conclu­sions.

Mis à jour le 26 jan­vier