UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > Actualités > Des avancées obtenues par l’UNSA pour les ingénieurs hospitaliers

Des avancées obtenues par l’UNSA pour les ingénieurs hospitaliers

2 mars 2017

Enregistrer au format PDF

Le Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière s’est tenu le 1er mars 2017. Il a étudié les nouveaux textes statutaires des Ingénieurs hospitaliers. Seul, l’UNSA a pris ses responsabilités pour pouvoir acter les avancées en matière de revalorisation des grilles indiciaires d’une partie des ingénieurs.

Depuis plu­sieurs mois, l’action syn­di­cale avait pour objec­tif de reva­lo­ri­ser toute la filière des ingé­nieurs hos­pi­ta­liers.
Pour l’UNSA, il était abso­lu­ment néces­saire de res­tau­rer une attrac­ti­vité à la hau­teur des res­pon­sa­bi­li­tés et de la haute exper­tise de ce corps d’enca­dre­ment supé­rieur tech­ni­que de la fonc­tion publi­que hos­pi­ta­lière.
L’UNSA regrette pro­fon­dé­ment de n’avoir pas été entendu par la DGOS sur la néces­sité d’har­mo­ni­ser com­plè­te­ment le corps des ingé­nieurs hos­pi­ta­liers avec celui rénové des ingé­nieurs ter­ri­to­riaux.

L’indice som­mi­tal des ingé­nieurs en chefs n’a donc pas été har­mo­nisé avec celui des ingé­nieurs ter­ri­to­riaux. Les emplois fonc­tion­nels n’ont tou­jours pas été reva­lo­risé en cohé­rence avec les autres emplois fonc­tion­nels de direc­tion. Le GRAF béné­fi­ciant aux ingé­nieurs ter­ri­to­riaux n’a pas été trans­posé malgré les exi­gen­ces de l’UNSA. Enfin, L’UNSA cons­tate qu’aucune mesure pre­nant en compte la réforme ter­ri­to­riale n’a été incluse dans le statut.

Toutefois, de vraies avan­cées ont été obte­nues par les seuls syn­di­cats de l’UNSA.
L’UNSA-Fonction Publique se féli­cite de l’obten­tion de l’har­mo­ni­sa­tion à 100% des deux pre­miers grades, ingé­nieur et ingé­nieur prin­ci­pal, avec les grilles des ingé­nieurs des deux autres ver­sants de la fonc­tion publi­que (échelons, indi­ces et durées fixes).

  • Ainsi, contrairement à ce que proposait initialement la DGOS, la mise en place du cadencement unique d’échelon inclus dans PPCR, ne sera pas pour ces deux grades une transposition des durées moyennes actuelles, mais l’harmonisation des durées fixes avec celles des ingénieurs territoriaux et d’Etat des grades comparables.
  • Ces durées harmonisées sont plus courtes et donc plus favorables.
  • De plus, le premier échelon de chacun de ces deux grades sera supprimé.
  • Un échelon sera ajouté en haut de chacun de ces deux grades.
    Ainsi, l’amplitude indiciaire du grade d’ingénieur passera de 379-750 aujourd’hui à 434-810 au 1er janvier 2017, rétroactivement, puis jusqu’à 444-821 au 1er janvier 2019.
    Celle du grade d’ingénieur principal passera de 541-966 aujourd’hui à 603-979 au 1er janvier 2017, rétroactivement, puis jusqu’à 619-1015 au 1er janvier 2020.
  • Le nouvel échelon sommital au grade d’ingénieur permettra par exemple un plus haut maintient du salaire lors d’une titularisation, la compensation étant calculée sur cet échelon sommital.
  • Toutes les grilles du corps bénéficieront des revalorisations indiciaires du PPCR de 2017 à 2020, ainsi que le transfert prime/point qui sera effectué dès 2017 puis en 2018, afin d’améliorer l’indice de calcul du départ à la retraite.
    En effet, même si l’indice sommital n’a pas été harmonisé, l’UNSA a obtenu que les grilles d’ingénieur en chef de classes normale et exceptionnelle bénéficient des mêmes revalorisations indiciaires que les ingénieurs en chefs territoriaux, dès janvier 2017 de manière rétroactive, puis en janvier 2018.
  • Enfin, il créé l’octroi d’une bonification d’ancienneté de deux ans pour les ingénieurs, recrutés par la voie du concours externe, et titulaires d’un doctorat.

Afin que les avan­cées obte­nues dans ce texte ne soient pas per­dues par le jeu d’un ultime vote néga­tif l’UNSA s’est abs­tenu lors du vote du texte.

D’ores et déjà, l’UNSA reven­di­que l’ouver­ture d’une concer­ta­tion et un calen­drier pour pour­sui­vre et ter­mi­ner l’har­mo­ni­sa­tion pleine et entière du statut des ingé­nieurs hos­pi­ta­liers avec celui des ingé­nieurs ter­ri­to­riaux. L’UNSA et ses syn­di­cats res­tent plei­ne­ment mobi­li­sés et conti­nue­ront d’agir, notam­ment pour les grades d’ingé­nieur en chef et l’emploi fonc­tion­nel.