UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > CSFP-CCFP > CSFPE (Conseil supérieur de la fonction publique d’État) > Catégorie C : un final décevant !

Catégorie C : un final décevant !

7 novembre 2013

Enregistrer au format PDF

Après six mois de discussions, les décrets revalorisant la catégorie C ont été présentés dans les Conseils Supérieurs. Des avancées modestes mais réelles ont été ternies par les multiples tentatives gouvernementales pour en réduire la portée.

Marylise Lebranchu avait annoncé, le 7 février 2013, la volonté du gou­ver­ne­ment de mettre en œuvre des mesu­res d’urgence pour la caté­go­rie C. Après plu­sieurs mois de dis­cus­sions ; les pro­jets de décrets sont actuel­le­ment soumis aux Conseils supé­rieurs des trois ver­sants de la Fonction publi­que.

Les grilles de rému­né­ra­tion affi­chées, dès juin, étaient inté­res­san­tes. Elles pré­voyaient une aug­men­ta­tion en deux temps au 1er jan­vier 2014 puis au 1er jan­vier 2015. La loyauté de la dis­cus­sion l’a été beau­coup moins.Retour ligne auto­ma­ti­que
En juillet, au détour d’une réu­nion dite« tech­ni­que », ont été annon­cés des reclas­se­ments qui annu­laient la plus grande partie des effets posi­tifs pré­sen­tés. Finalement, devant le tollé géné­ral, la mesure a été revue en sep­tem­bre.

Lors du Conseil supé­rieur de la Fonction publi­que ter­ri­to­riale (CSFPT) du 23 octo­bre 2013, de nou­vel­les moda­li­tés d’avan­ce­ment ont été pré­sen­tées. Jamais dis­cu­tées aupa­ra­vant, amoin­dris­sant la portée de la reva­lo­ri­sa­tion, elles ont conduit au rejet una­nime des pro­po­si­tions gou­ver­ne­men­ta­les par les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les.

En ouver­ture du Conseil supé­rieur de la Fonction publi­que de l’État (CSFPE), mer­credi 6 novem­bre, la minis­tre est reve­nue sur les débats du CSFPT et annoncé le retour au texte ini­tial. En revan­che, elle a averti d’un report de la date d’effet des mesu­res au 1er février 2014, notam­ment pour per­met­tre leur finan­ce­ment par les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les. Cette troi­sième modi­fi­ca­tion sans concer­ta­tion, conduit à ce que les mesu­res dites d’urgence ne s’appli­que­ront, au mieux, pour les agents que plus d’un an après leur annonce…

L’UNSA Fonction Publique par­tage l’objec­tif affi­ché de reva­lo­ri­ser, en prio­rité, les trai­te­ments les plus modes­tes. Même si les efforts consen­tis sont plus mesu­rés qu’elle ne le sou­hai­tait, elle s’apprê­tait à sou­te­nir un projet gou­ver­ne­men­tal qu’elle avait contri­bué for­te­ment à amé­lio­rer. Retour ligne auto­ma­ti­que
La méthode et, au final, le report des aug­men­ta­tions atten­dues, l’ont conduite à s’abs­te­nir sur le projet pré­senté.

Bagnolet, le 7 novem­bre 2013
Guy BARBIER
Secrétaire géné­ral
UNSA Fonction Publique