UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > PPCR (Parcours professionnel, carrières et rémunérations) > Avenir de la fonction publique : on entre dans le vif du sujet (...)

Avenir de la fonction publique : on entre dans le vif du sujet !

19 novembre 2014

Enregistrer au format PDF

Les débats sur l’avenir de la fonction publique (parcours professionnels, carrières, rémunérations) ont commencé sur les deux premières séquences de négociation : la rénovation et la simplification de l’architecture budgétaire, l’amélioration de la gestion des emplois.

Les discussions sur ces thèmes se poursuivent mais l’UNSA Fonction publique (UNSA-FP) a d’ores et déjà rappelé son attachement à certaines valeurs fondatrices de l’organisation de la fonction publique de carrière.
Sur la rénovation et la simplification de l’architecture budgétaire
L’UNSA-FP a souhaité que les corps ou cadres d’emplois continuent d’être classifiés en catégories. Elle a rejeté l’idée d’une classification éventuelle par référence aux catégories socioprofessionnelles retenues par l’INSEE, non appropriées.
La question du recrutement sans concours de personnes non diplômées a été abordée. L’UNSA-FP, attachée au principe du concours qui permet l’égal accès aux emplois publics mais aussi au rôle d’insertion sociale de la fonction publique, demande le maintien de cette voie d’accès à la fonction publique.
L’UNSA-FP a par ailleurs demandé la poursuite des actions en faveur de la professionnalisation des concours.
S’agissant des corps et cadres d’emplois, il a été précisé que la ministre disposait d’un mandat pour rénover les grilles dès 2016 et que cette rénovation devait s’étaler sur un temps long (5 à 10 ans). Cette thématique a conduit à dresser un état des lieux du nombre de corps et de cadres d’emplois et des fusions déjà réalisées. Un corps plus large offre certes plus de possibilités d’évolution (en tout cas débloque des situations étriquées bloquées par essence), mais l’UNSA-FP a tout de même demandé un bilan qualitatif des fusions, précisant notamment les avantages et inconvénients qu’ont pu en tirer les agents concernés.
Sur la question de modèles statutaires communs à plusieurs fonctions publiques, l’UNSA-FP a posé le problème de la différence des modes de recrutement. Il faut faire en sorte que des fonctionnaires de versants différents puissent se rencontrer sur des enjeux réels, en particulier au travers d’outils de formation.
La question de l’équilibre entre les recrutements externes, les concours internes, les examens professionnels et les listes d’aptitude a été posée. L’UNSA-FP considère que les différences entre les versants découlent de structurations distinctes. La question mérite de la souplesse, mais surtout le passage à une vision dynamique dans une logique de GPEEC incluant l’enjeu de la formation professionnelle tout au long de la vie professionnelle.
Sur l’amélioration de la gestion des emplois
Des fiches sur le dispositif de connaissance de l’emploi public, la GPEEC et les bourses d’emplois ont été communiquées aux organisations syndicales. L’UNSA estime que ces points particuliers relèvent d’un autre débat que celui des PPCR. Ils devraient plutôt faire l’objet de discussions au sein de la formation spécialisée ad hoc du CCFP.
Les prochaines réunions programmées porteront sur le grade et l’approfondissement de la problématique des corps et cadres d’emplois.