UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > PPCR (Parcours professionnel, carrières et rémunérations) > Avenir de la fonction publique : on entre dans le vif du sujet (...)

Avenir de la fonction publique : on entre dans le vif du sujet !

19 novembre 2014

Enregistrer au format PDF

Les débats sur l’avenir de la fonction publique (parcours professionnels, carrières, rémunérations) ont commencé sur les deux premières séquences de négociation : la rénovation et la simplification de l’architecture budgétaire, l’amélioration de la gestion des emplois.

Les dis­cus­sions sur ces thèmes se pour­sui­vent mais l’UNSA Fonction publi­que (UNSA-FP) a d’ores et déjà rap­pelé son atta­che­ment à cer­tai­nes valeurs fon­da­tri­ces de l’orga­ni­sa­tion de la fonc­tion publi­que de car­rière.
Sur la réno­va­tion et la sim­pli­fi­ca­tion de l’archi­tec­ture bud­gé­taire
L’UNSA-FP a sou­haité que les corps ou cadres d’emplois conti­nuent d’être clas­si­fiés en caté­go­ries. Elle a rejeté l’idée d’une clas­si­fi­ca­tion éventuelle par réfé­rence aux caté­go­ries socio­pro­fes­sion­nel­les rete­nues par l’INSEE, non appro­priées.
La ques­tion du recru­te­ment sans concours de per­son­nes non diplô­mées a été abor­dée. L’UNSA-FP, atta­chée au prin­cipe du concours qui permet l’égal accès aux emplois publics mais aussi au rôle d’inser­tion sociale de la fonc­tion publi­que, demande le main­tien de cette voie d’accès à la fonc­tion publi­que.
L’UNSA-FP a par ailleurs demandé la pour­suite des actions en faveur de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion des concours.
S’agis­sant des corps et cadres d’emplois, il a été pré­cisé que la minis­tre dis­po­sait d’un mandat pour réno­ver les grilles dès 2016 et que cette réno­va­tion devait s’étaler sur un temps long (5 à 10 ans). Cette thé­ma­ti­que a conduit à dres­ser un état des lieux du nombre de corps et de cadres d’emplois et des fusions déjà réa­li­sées. Un corps plus large offre certes plus de pos­si­bi­li­tés d’évolution (en tout cas déblo­que des situa­tions étriquées blo­quées par essence), mais l’UNSA-FP a tout de même demandé un bilan qua­li­ta­tif des fusions, pré­ci­sant notam­ment les avan­ta­ges et inconvé­nients qu’ont pu en tirer les agents concer­nés.
Sur la ques­tion de modè­les sta­tu­tai­res com­muns à plu­sieurs fonc­tions publi­ques, l’UNSA-FP a posé le pro­blème de la dif­fé­rence des modes de recru­te­ment. Il faut faire en sorte que des fonc­tion­nai­res de ver­sants dif­fé­rents puis­sent se ren­contrer sur des enjeux réels, en par­ti­cu­lier au tra­vers d’outils de for­ma­tion.
La ques­tion de l’équilibre entre les recru­te­ments exter­nes, les concours inter­nes, les exa­mens pro­fes­sion­nels et les listes d’apti­tude a été posée. L’UNSA-FP consi­dère que les dif­fé­ren­ces entre les ver­sants décou­lent de struc­tu­ra­tions dis­tinc­tes. La ques­tion mérite de la sou­plesse, mais sur­tout le pas­sage à une vision dyna­mi­que dans une logi­que de GPEEC incluant l’enjeu de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle tout au long de la vie pro­fes­sion­nelle.
Sur l’amé­lio­ra­tion de la ges­tion des emplois
Des fiches sur le dis­po­si­tif de connais­sance de l’emploi public, la GPEEC et les bour­ses d’emplois ont été com­mu­ni­quées aux orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les. L’UNSA estime que ces points par­ti­cu­liers relè­vent d’un autre débat que celui des PPCR. Ils devraient plutôt faire l’objet de dis­cus­sions au sein de la for­ma­tion spé­cia­li­sée ad hoc du CCFP.
Les pro­chai­nes réu­nions pro­gram­mées por­te­ront sur le grade et l’appro­fon­dis­se­ment de la pro­blé­ma­ti­que des corps et cadres d’emplois.