UNSA logo
Unsa-Fonction publique

Accueil > Carrière > Annonces du 7 février : le compte n’y est toujours pas

Annonces du 7 février : le compte n’y est toujours pas

8 février 2013

Enregistrer au format PDF

Dans le cadre de l’agenda social, sept rencontres de bilans sur tous les aspects des carrières se sont déroulées depuis octobre 2012. La réunion du 7 février, présidée par Marylise Lebranchu, avait pour but de présenter aux fédérations de fonctionnaires les sujets qui seront abordés dans le cadre des négociations qui vont débuter.

Marylise Lebranchu a apporté une réponse pour la caté­go­rie C en annon­çant l’aban­don immé­diat du contin­gen­te­ment du 8ème échelon qui péna­li­sait la filière admi­nis­tra­tive et la filière médico-sociale.

- Elle a annoncé une réforme du sys­tème des grilles et un réé­qui­li­brage de la rému­né­ra­tion entre la part indem­ni­taire, trop impor­tante, et la part indi­ciaire. Dans ce contexte la PFR serait revue. Elle a par ailleurs annoncé une réforme du Supplément Familial de Traitement et de l’Indemnité de rési­dence.

- Elle a dit que le jour de carence était un dis­po­si­tif «  iné­qui­ta­ble » et qu’elle allait trans­met­tre au Premier minis­tre un rap­port des employeurs publics pour "dépas­ser cette situa­tion".

- Enfin, elle a indi­qué que, compte tenu du contexte, l’aug­men­ta­tion du point d’indice n’était pas pos­si­ble en 2013. Le gou­ver­ne­ment ren­voie la pos­si­bi­lité d’aug­men­ta­tions géné­ra­les à un retour de la crois­sance. En revan­che, elle a pré­cisé que cela ferait partie de la négo­cia­tion.

L’UNSA Fonction publi­que a exprimé les posi­tions sui­van­tes :

- satis­fac­tion des mesu­res concer­nant les caté­go­ries C que nous reven­di­quions for­te­ment ;

- inté­rêt (sous béné­fice d’inven­taire dans le futur accord de méthode) pour une négo­cia­tion glo­bale plu­rian­nuelle, en y inté­grant pour notre part la ques­tion de la requa­li­fi­ca­tion des per­son­nels « sous-clas­sés » par rap­port à leurs mis­sions effec­ti­ves ;

- exi­gence d’une abro­ga­tion dans un délai rapide de l’injuste jour de carence (même si nous avons senti une cer­taine « ouver­ture », mais qui doit être confir­mée) ;

- refus d’une nou­velle « année blan­che » en matière de reva­lo­ri­sa­tion de la valeur du point d’indice. Elle péna­lise tous les agents quelle que soit leur caté­go­rie, qu’ils soient titu­lai­res ou contrac­tuels.

Une pro­chaine ren­contre entre la minis­tre de la Fonction publi­que et les orga­ni­sa­tions de la Fonction publi­que devrait avoir lieu dans un mois.