Accueil > Action sociale > Action sociale : seulement 52 euros par agent pour 2011 !

Action sociale : seulement 52 euros par agent pour 2011 !

Facebook Twitter LinkedIn
mardi 1er mars 2011

Communiqué des orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les de la Fonction publi­que

23 février 2011

Une chute sans pré­cé­dent du pou­voir d’achat affecte aujourd’hui tous les per­son­nels. Elle est causée par la sta­gna­tion à sa valeur actuelle du point d’indice jusqu’en 2013, élément cen­tral du trai­te­ment des agents de la Fonction publi­que et aggra­vée par l’aug­men­ta­tion annon­cée des coti­sa­tions retrai­tes des fonc­tion­nai­res.

L’action sociale inter­mi­nis­té­rielle doit amé­lio­rer les condi­tions de vie des agents, or les cré­dits utiles au finan­ce­ment des pres­ta­tions socia­les sont réduits. Entre 2007 et 2011, 20 mil­lions man­quent au finan­ce­ment des cré­dits d’action sociale, évalués en LFI 2011 à 131 mil­lions d’euros pour 2 500 000 agents.

Que le budget de l’action sociale n’ait pas été amputé de 10% à l’instar des bud­gets de l’ensem­ble des pro­gram­mes de la Fonction publi­que ne satis­fait pas tota­le­ment les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les. Il doit répon­dre aux besoins sociaux des agents qui doi­vent trou­ver des répon­ses concer­nant les places en crè­ches, le loge­ment, la res­tau­ra­tion col­lec­tive sans péna­li­ser les autres domai­nes d’inter­ven­tion…

9 mil­lions d’euros man­quent actuel­le­ment pour répon­dre aux besoins pour les réser­va­tions de places en crè­ches, 4 mil­lions pour les loge­ments sociaux, soit l’équivalent d’envi­ron 1000 ber­ceaux et 220 loge­ments.
Offrir des répon­ses aux besoins de la petite enfance est indis­pen­sa­ble. Alors que le taux de sco­la­ri­sa­tion des enfants âgés de 2 ans est passé de 35% en 2000 à 15% en 2009 et que sont prin­ci­pa­le­ment concer­nés Paris et Créteil.
Il en va de même pour le loge­ment. Aujourd’hui, pour de nom­breux agents, la part du budget affec­tée à l’habi­tat repré­sente bien plus de 30% de leurs reve­nus. La par­ti­ci­pa­tion de l’employeur à l’accès au loge­ment social des agents est donc pri­mor­diale.

En réac­tion à ce désen­ga­ge­ment de l’Etat employeur, les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les exi­gent una­ni­me­ment un budget qui réponde aux besoins des agents pour l’année 2011 et pour les années à venir.
Elles récla­ment le dégel de la mise en réserve par­le­men­taire pour pou­voir hono­rer toutes les nou­vel­les deman­des des régions ainsi que le finan­ce­ment immé­diat des opé­ra­tions enga­gées les années pré­cé­den­tes et des conven­tions en cours de signa­ture au pre­mier tri­mes­tre 2011.
Elles en appel­lent à l’arbi­trage du minis­tre, sur ces ques­tions.

Paris le 21 Février 2011

Les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les sié­geant au Comité Interministériel d’Action Sociale de la Fonction Publique de l’Etat.

CFDT - CFTC - CGC - CGT - FO - FSU - SOLIDAIRES - UNSA Fonction publi­que