Accueil > Action sociale > Action sociale interministérielle : l’UNSA dénonce l’érosion continue des (...)

Action sociale interministérielle : l’UNSA dénonce l’érosion continue des crédits

Facebook Twitter LinkedIn
lundi 18 décembre 2017

À l’occasion de l’assemblée plénière du Comité interministériel consultatif d’action sociale (CIAS), qui s’est tenue le 14 décembre, une nouvelle réduction de 0,5M€ a été annoncée. Pour l’UNSA, cet amendement gouvernemental, s’il est adopté, aggraverait l’érosion continue des budgets d’action sociale interministérielle qui laisse, d’ores et déjà, entrevoir de sérieuses difficultés pour répondre aux attentes et besoins des agents en 2018.

Au cours de l’ins­tance la délé­ga­tion de l’UNSA a obtenu un accueil favo­ra­ble à cer­tai­nes de ces deman­des.

Crédits des sec­tions régio­na­les inter­mi­nis­té­riel­les d’action sociale (SRIAS)
Les cré­dits des SRIAS seront abon­dés de 135 000€ pour pren­dre en compte les nou­veaux béné­fi­ciai­res que sont les per­son­nels mili­tai­res. Avant la demande de l’UNSA, l’inté­gra­tion des per­son­nels mili­tai­res était prévue à budget cons­tant.

Aide à l’ins­tal­la­tion des per­son­nels de l’État (AIP)
Le mon­tant de l’AIP est plus élevé pour les agents de l’État « primo-arri­vants » ou affec­tés dans les quar­tiers prio­ri­tai­res de la poli­ti­que de la ville dans les régions Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-d’Azur.
L’AIP la plus élevée concer­nera aussi les agglo­mé­ra­tions clas­sées en zone tendue (loi ALUR). Cette nou­velle mesure sera pré­ci­sée pro­chai­ne­ment dans une cir­cu­laire.

Chèques Emploi Service Universels, CESU - garde d’enfant 0/6 ans
Sous réserve des résul­tats de l’exper­tise qui étudiera la sou­te­na­bi­lité bud­gé­taire, le barème CESU sera reva­lo­risé de 5%.

Accueil des jeunes enfants
170 places en crè­ches (dans des Établissements d’accueil des jeunes enfants –Eaje-) sup­plé­men­tai­res pour­ront être accor­dées pour 2018. Ces réser­va­tions ne se feront qu’à condi­tion de négo­cier à la baisse les mon­tants des réser­va­tions, aucun crédit sup­plé­men­taire n’ayant été octroyé.

L’UNSA réaf­firme que l’objec­tif à attein­dre est a minima de 4 000 places, soit une aug­men­ta­tion de 30 % du parc. La mise en œuvre de l’accord-cadre natio­nal alloti régio­na­le­ment, avec mar­chés sub­sé­quents à bon de com­mande per­met­trait d’attein­dre cet objec­tif.

L’UNSA salue l’aug­men­ta­tion, en 2018, de +1,35% des taux appli­ca­bles aux pres­ta­tions inter­mi­nis­té­riel­les d’action sociale à régle­men­ta­tion com­mune (PIM), après trois années de quasi-sta­gna­tion ; pour la res­tau­ra­tion, la PIM s’établira à 1,24€ (1,22€ en 2017). Une cir­cu­laire confir­mera pro­chai­ne­ment cette aug­men­ta­tion.

L’UNSA a également réaf­firmé son atta­che­ment à l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle, qui cons­ti­tue le socle mini­mal commun à l’ensem­ble des agents de l’État. Pour l’UNSA, l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle doit amé­lio­rer les condi­tions de vie des agents et de leurs famil­les, les accom­pa­gner tout au long de leur vie pro­fes­sion­nelle et la retraite.


Voir en ligne : CIAS 14 décembre 2017 - Déclaration UNSA