Accueil > Actualités > Action Publique 2022 : création d’un groupe de travail de suivi (...)

Action Publique 2022 : création d’un groupe de travail de suivi !

Facebook Twitter LinkedIn
jeudi 23 novembre 2017

L’UNSA a été destinataire d’un courrier du ministre de l’Action et des Comptes Publics, Gérald Darmanin, annonçant la création d’un groupe de travail de suivi du chantier Action Publique 2022.
L’UNSA constate que le gouvernement affiche une volonté d’associer les partenaires sociaux sur ce volet. Elle vérifiera rapidement s’il s’agit d’un retour effectif du dialogue social.

Le gou­ver­ne­ment, par la voix du Ministre de l’action et comp­tes publics, annonce la créa­tion d’un « Groupe de Travail natio­nal asso­ciant l’ensem­ble des confé­dé­ra­tions syn­di­ca­les et les fédé­ra­tions de la Fonction Publique non affi­liées qui sont repré­sen­tées au CCFP, les repré­sen­tants des employeurs ter­ri­to­riaux et ceux de la fédé­ra­tion hos­pi­ta­lière de France ».

Il sera orga­nisé par la DGAFP et aura pour mis­sion d’établir un bilan des réfor­mes pas­sées et de suivre l’ensem­ble du pro­ces­sus chan­tier Action Publique 2022.

L’UNSA estime que le rôle d’une orga­ni­sa­tion syn­di­cale est d’être force de pro­po­si­tion et d’ana­lyse en toute indé­pen­dance afin de pou­voir œuvrer à l’amé­lio­ra­tion des ser­vi­ces publics de notre pays et des condi­tions de tra­vail des agents publics pour offrir un ser­vice public de qua­lité. Elle se rendra à se groupe de tra­vail.

Par ailleurs, l’UNSA rap­pelle son atta­che­ment à la démo­cra­tie sociale. C’est pour­quoi le CCFP doit jouer un rôle impor­tant pour suivre ce chan­tier avec ses com­mis­sions spé­cia­li­sées car c’est l’ins­tance repré­sen­ta­tive élue des agents publics.

De plus, l’UNSA estime que le suivi du chan­tier Action Publique 2022 néces­site, à minima, une réu­nion par quin­zaine pour tenir compte du rythme imposé par le gou­ver­ne­ment.

L’UNSA sera extrê­me­ment atten­tive à la façon dont ses pro­po­si­tions seront, ou non, prises en compte par le gou­ver­ne­ment. L’UNSA ne ser­vira pas, ni d’alibi, ni de cau­tion !